TEM-La-Firme

Le jeu de rôle fantastique sur la Terraformation de MARS : Projet TEM

TEM-menu
Un avant goût du terrifiant Red Wüste de la planète Mars !
Les incroyables aventures des Terraformers mais aussi les moments heureux comme les périodes de douleurs.

- La grande aventure martienne de la Terraformation -
[09/12/2018 22:28] Histoire de Dahlia
Catégorie : Rituels des Grands Anciens


Titre : Perspective



2

1
Post de : Dahlia
*Le temple du syndicat Moloko est rempli par une musique calme. Synthétique, mélodique, elle évoque l'exploration, l'émerveillement et l'immensité, loin des rythmes et des percussions qui animent la plupart des rituels de l'adepte vaudou de la Caste de la Liqueur.
Cette musique sert de fond à la Sorcière qui trace les derniers vévés carmins dans et autour d'un cercle d'ossements contenant une couche de sable martiens, et à ses co-syndiqués qui arrivent et se servent au buffet et à la boisson qu'elle a préparé.
Après s'être assurée que la transmission au bar du forage fonctionne, la Mambo saute sur l'autel pour s'y asseoir, les pieds ballants juste au dessus du cercle serti de symboles tracés dans le sang. Le visage souriant de l'adepte est lui-même décoré d'un bleu, de quelques coupures et de croûtes qui protègent ses guérisons, un autre genre de symboles qui témoignent des difficultés qu'elle a eu à chercher le sang qui lui sert d'encre.*

- Il y a deux millions et demi d'années, l'un de nos ancêtres poilus cherchait de la nourriture dans les broussailles de la savane. Au moment où il décrocha une baie, un rayon de lumière quitta la galaxie d'Andromède, la plus proche de la Voie Lactée. Ce rayon de lumière traversa le cosmos à environ trois cent mille kilomètres par secondes.
Pendant deux millions et demi d'années, des générations de pré-humains et d'humains se sont succédées. Chacun de ces individus avec leur propre histoire. Des espèces entières ont évolué et disparu.
Jusqu'à ce qu'un humain lève les yeux vers le ciel et reçoive ce rayon de lumière. C'était vous, tout à l'heure. Vous qui avez migré sur la voisine de la Bleue. Vous avez reçu cette lumière sur votre rétine, et votre cerveau l'a analysé avec des organes qui n'existaient nul part dans l'univers lorsque cette lumière a été créée et a commencé son voyage.

*L'adepte vaudou sourit, de toutes ses dents qui se chevauchent. Ses orteils effleurent un crâne qui compose le cercle dont semble émaner une tiédeur lourde.*

- Ca remet les choses en perspective, hein ? Nos problèmes, nos convictions, les choses que l'on déclenche. Les choses que nous sommes.

*La fille du vaudou étend les jambes, non sans manquer de perdre son équilibre, pour saisir le crâne avec ses pieds, le retirer du cercle et l'amener jusqu'à ses mains.*

- Ce soir, pas très loin d'ici, l'un de nous a décidé de s'engager sur une voie. Peut-être la suite de l'humain, comme nous sommes la suite de notre cher ancêtre poilu, peut-être juste l'une des nombreuses suites.
Il se relèvera, nous serons là pour l'accueillir, et nous continuerons. Nous endurerons et nous changerons, chaque jour un peu plus martiens.

*Subitement, la Sorcière jette le crâne au milieu du cercle. Il se brise en mille morceaux avec un craquement sourd et une odeur forte, organique. Le craquement se propage au dôme qui garde et amplifie le bruit, jusqu'à vibrer.
Un autre rayon de lumière naît du sommet du dôme du temple et s'élève dans la nuit pour disparaître presque instantanément. Qui le verra ?*
[09/12/2018 02:35] Histoire de Mrpingouin
Catégorie : Aventure


Titre : Raooirt d'expédition



9

2
Post de : Mrpingouin
*Alors que les vents cléments caressent le sable de Mars, un véhicule traverse désespérément les territoires qui n’ont jamais aussi mal portés leur qualificatif de hostile. L’unique passager à son bord file à vive allure et à sa façon dont ses mains sont crispées sur le volant, on devine clairement que l’inquiétude s’est invitée pour le voyage.

Il y a certaines invitations qu’il ne vaut mieux pas refuser, d’ailleurs le mot invitation était un terme bien mal choisi pour l’occasion. MrP savait très bien de qui elle provenait et ce que tout refus de s’y rendre signifiait. D’un geste de la tête il tenta de chasser cette pensée de son esprit. Il n’y avait pas de meilleure option, parfois il faut savoir affronter son destin même si pour cela il fallait entrer en contact avec l’une des personnes les plus dangereuses de la planète.

Aujourd’hui pas le moindre aléa ne vint perturber sa route, lui, habitué aux bourrasques soudaines, aux tempêtes de sable, aux roches qui vous frôlent lorsque vous longez de trop prés le flan d’une colline, à toutes ces intempéries qui font le quotidien de chaque terraformer lorsque l’on prend son Betrayal même pour une sortie des plus banals. Un coup d’oeil au niveau des réservoirs, à la pression des pneus, rien n’était à signaler, décidément ce voyage laissait trop de place à la réflexion.
Toute défense était vaine, MrP laissa ses pensées lever le voile sur la source de son angoisse. Celle-ci portait un nom, le nom d’Argoth.

On ne comptait plus les rumeurs sur l’homme, la plus célèbre étant sa précision au tir, redoutable efficacité. Son nom était craint et respecter à la fois, jamais un terra même par témérité, ne l’évoquait sans s’assurer qu’il ne se trouvait pas dans la pièce. Pour le Couturier une chose était sûre, s’il revenait un jour au bar du forage, cela dépendrait du bon vouloir de son interlocuteur. La dangerosité de celui que l’on nomme le Fielleux ou le Venin n’était pas à faire, et à ce moment précis où les contours d’un véhicule se dessinait au point de rendez-vous, MrP sentit perler le long de son front des gouttes de sueurs qui venaient lui irriter la vue. Une question également, mélodie imperceptible au début mais qui devenait sourde dorénavant : pourquoi voulait-il le voir justement ?

Il se surprit à respirer lourdement dans son scaphandre, il devait reprendre le dessus. Ne pas laisser les émotions prendre le pas sur l’homme, ne pas montrer de faiblesse du moins, les camoufler le temps de la rencontre. Tout en décélérant doucement MrP observa que le véhicule qui l’attendait était légèrement différent du sien, un peu plus grand certainement et plus massif également.
Il stoppa enfin son engin non loin, retira machinalement les clefs du contact, puis jeta un œil à travers le pare-brise. De là où il était il ne distinguait aucune forme humaine ni au niveau du siège conducteur ou passager.

Quelques longues minutes passèrent, sans que rien ne se passe au point que le Couturier se mettait à douter de la présence même d’une autre personne sur la zone. Il réprimait une irréversible envie de faire demi-tour.
Après une profonde inspiration d’oxygène, il ouvrit sa portière et posa le pied au sol. MrP leva une main qui se voulait amicale en direction de l’autre véhicule. De longues minutes s’écoulèrent avant que s’ouvre également la porte du Bétrayal en face de lui, l’instant se figea lorsque la haute stature d’Argoth sortit pour s’immobiliser immédiatement.

Le Couturier remarqua sur le côté du scaphandre, le fameux Desert Eagle modifié dont il avait déjà entendu parlé sans jamais l’avoir vu auparavant. Argoth ne semblait pas pour le moment vouloir s’en servir, impassible, sa tête fixait toujours MrP . Tels deux statues plantées l’une devant l’autre, MrP consommait son oxygène beaucoup trop vite qu’il ne l’aurait souhaité, et cette étrange situation n’arrangeait pas les choses. Calmement en faisant un pas en direction du Fielleux, MrP montra son ID gravé sur son épaule et présenta le compteur 401 sur son sternum, preuve s’il en fallait qu’il était bien celui dont il avait souhaité la présence en ce lieu.
Malgré sa bonne volonté manifeste, Argoth ne bougeait pas d’un pouce. Plusieurs fois, MrP se demanda s’il faisait le bon choix et que chaque pas pour réduire la distance entre lui et Argoth ne le rapprochait pas de sa propre fin.

Trop prés pour reculer maintenant, ce n’est que lorsque la distance n’était plus que d’une dizaine de pas, qu’Argoth choisit d’esquisser un geste, plongeant sa main dans un repli de son scaphandre pour extirper une enveloppe et dans un élan aussi rapide que bref, la glissa dans la main du MrP. A peine eut-il le temps de regarder ce qu’il y avait dans son gant que le Fielleux venait de remonter à bord de son véhicule et partit sans avoir émit le moindre son.

A mesure que le Betrayal du Venin s’éloignait, les épaules de MrP se firent plus légères, la pression se dissipait peu à peu. A son tour il monta dans son engin, posa le pli sur le siège passager, il n’allait pas rentrer tout de suite à son bunker. Avant toute chose, il lui fallait un verre au bar du forage afin de se remettre de ses émotions et quelque part de revenir entier après une entrevue avec Argoth. *
[08/12/2018 17:32] Histoire de Nevrax
Catégorie : Légendes & folklore


Titre : La véritable Histoire!



4

7
Post de : Nevrax
- Jé vais vous conter la véritable Histoire di Mr P !

Un jour il prend son bétrayal, é il croise sur son chemin una Adoratrice, ché adoraait le textile , ma ché justement, n'avait piu di petite culotte !
Elle était en panne d Hydrogène , assise sur una dune ! désespérée!

Mr P, qui avait remarquer l'adoratrice et son véhicule à l'arrêt, descendit.
Elle était vêtue d'une simple jupe, et per se réchauffer en attendant les secours, croisait é décroisait les jambes!
Mr P avait bien évidemment remarqué qu'elle navait plus di pétite culotte ! Les yeux ronds, grand ouvert, fixant l'entre jambe de l'adoratrice qui ma fois, parait il était doté di jolies courbes bien dessinées ! Qui aurait été insensible à son charme ? personne !

Elle vit Mr ¨P, son regard posé sur sa personne avec insistance !
Elle continua donc de croiser et décroiser les jambes, puis lui adressa la parole !
Approchez donc ! jai bien remarqué ché vous mé regardiez .

Mr P les yeux toujours grand ouvert omnibulé, s'approcha donc, et dit,: elle est très jolie.
L'adoratrice , adorant le textile mais en étant dépourvue lui répondit: vous savez qu'elle peut vous faire un clin d'oeil ?

Le terraformeur galant et gentlement surpris : vraiment ?
Oui, elle écarta les jambes, la choupinette s'étire vers le coté droit...un angle se forme, pour se fermer, donnant cette illusion d'un clin d'oeil !

Oh c'est vraiment étonnant ça ! s'esclaffa le colon de la ZDV !
L'adoratrice excitée d'avoir montrer ce numéro, rajouta : elle peut aussi vous faire un bisou .

Ah bon ? un bisou, mais c'est incroyable, comment cela ?
Approchez donc, et regarder bien !
L'adoratrice écarte la jambe gauche de la droite et la choupinette s'étire, s'étire, se referme, et forme à son centre une bouche , une moue comme s'il elle faisait un baiser envolé

Oh c'est vraiment époustouflant! s'esclaffait le Terraformeur !

L'adoratrice joueuse , le regard pétillant, lui demande d'approcher pour qu'il se mette à coté d'elle !
Le colon s'exécute donc, intriguer ....

Maintenant si tu veux tu peux mettre deux doigts !
Le colon la regarde toujours avec ses grands yeux mais surpris cette fois ci !
Ah bon ? parce qu'elle sait siffler aussi ?

.......

C'est ainsi que pris au dépourvu par sa grande empathie ce terraformeur généreux , décida di lui laisser une petite culotte en échange, même si à la base elle et lui étaient ennemis !

The END !
[06/12/2018 13:48] Histoire de Joseph
Catégorie : Inclassable


Titre : Projet "Mig"/ J.09



4

4
Post de : Joseph
*Sa massette en main, il frappe un dernier grand coup sur l’extrémité de la tige métallique pour l’ancrer définitivement dans la pierre.
Puis il recule de quelques pas avec précaution sur la roche friable du sommet, avant de regarder le drapeau du syndicat se déployer dans les airs et claquer aux vents tel un fouet sauvage.

IL l’a fixé en haut d’un des pics de roches d’une dizaine de mètres qui surplombent la base de campement. Hormis la symbolique de la chose, cela aura aussi l’avantage d’être un point de repère visible d’assez loin lorsqu’il partait à pied faire ses relevés topographiques.


Ça fait maintenant quelques jours qu’il est arrivé sur la zone de la mission MIG.

La première chose qu’il avait fait en arrivant dans le secteur avait été de localiser cette fameuse grotte qu’il trouva sans peine, censée offrir à son betrayal une protection contre la folie des vents.
Néanmoins à son arrivée, il avait constaté que le sol était jonché de pierres trop importantes pour y faire rentrer un véhicule.

Il avait alors utilisé le Gatling en vidant la moitié de son chargeur dans les blocs de pierre les plus importants qui explosèrent tous sous l’impact des balles.
Ensuite durant presque deux jours, sans peu dormir, il sortit à la main le maximum de pierres en tentant de niveler, tant bien que mal, le sol de la grotte. Jamais évident sous un scaphandre de faire des efforts physiques durant des heures sous des températures qui mordent les chairs. Le pire pour lui c’était de ne pas pouvoir s’éponger la sueur qui lui brulait ses yeux derrière la visière de son casque.

Lorsque la grotte était enfin prête à recevoir le «Red Dust Explorer», Il le fit rentrer en marche arrière. Il y avait peu d’espace libre sur les côtés de l’engin, à peine deux mètres, mais la cavité s’enfonçait assez loin dans la roche ce qui permettait d’y stocker un bon volume de containers si nécessaire.

Il déplaça ensuite le boitier de réception et d’émission de la radio loin à l’extérieur de la grotte en tirant un câble qu’il raccorda à une connectique extérieure du betrayal avant d’aller tester dans l’habitacle s’il recevait bien la radio.

Il lui restait encore à préparer et baliser une zone pour les largages à venir et pas mal d’autres choses encore. C’est en cherchant une barre à mine dans un des coffres qu’il était tombé sur le coffret contenant le drapeau, il avait décidé alors de partir l’accrocher et de prendre enfin un moment de pause.

Maintenant il est assis en tailleur, en haut de ce pic, sous le drapeau qui continue sa valse aérienne de façon aléatoire. Il sent un objet dans une de ses poches et extrait une des petites amulettes de protection que le sorcier du syndicat avait éparpillé un peu partout. Cela le fait sourire, il n’y croit pas trop, ce qui ne l’empêche pas de déposer l’amulette devant lui avec respect.

Le boulot avait été dur… très dur… il le sent dans son corps. La Solitude aussi avait été dur, mais pas tant que ça finalement. Il s’en était vite accommodé.

Il lâche prise…. Souffle un grand coup dans son casque… Regarde devant lui l’horizon… Se rappelle d’une mélodie… de quelques paroles… Il se met à chanter pour lui-même.

https://www.youtube.com/watch?v=A3yCcXgbKrE

Sur la visière de son scaphandre, se reflètent les rougeurs martiennes mélangées aux couleurs du drapeau qui semble battre un tempo imaginaire dans une danse aérienne.

C’est le drapeau du syndicat « RED DUST ».*
[02/12/2018 12:14] Histoire de Joseph
Catégorie : Aventure


Titre : Projet "MIG"/ J.04



5

4
Post de : Joseph
« Il enclencha la fermeture de son casque d’un coup sec puis activa la dépressurisation de la cabine en relevant un switch rayé jaune et noir sur le tableau de bord. Lorsque enfin le voyant vert s’alluma, Il ouvrit la portière et descendit du Bétrayal en marche arrière.

Après plusieurs jours de route, se dégourdir les jambes lui faisait un bien fou mais ne plus entendre le bruit constant du moteur était encore meilleur.

Il n’eut pas à faire beaucoup de pas pour se retrouver au bord du cratère, il avait garé son véhicule à coté, par sécurité il ne voulait pas encore s’en éloigner.

Il se figea sur place et prit le temps de contempler la cicatrice circulaire qui s’étendait à perte de vue.
Le stigmate était profond, comme si les dieux s’étaient amusés à tirer un coup de stunk divin sur la Rouge.

Le diamètre du cratère était estimé à 75 km et il lui était impossible d’en apercevoir l’ensemble du contour. Dans le fond et à perte de vue, on pouvait voir des milliers de roches éparpillées aux tailles disparates et dont certains blocs plus importants dépassaient surement la taille des cheminées de nos concessions.

Devant ce paysage, dans un sentiment de liberté, Il esquissa un sourire face à tant de beauté et de sauvagerie

Puis il remonta dans son betrayal et attendit un moment que sa cabine se pressurise avant de retirer son casque puis de sortir son carnet et un plan de la région sur lequel était annoté des séries de points GPS.

Il lui restait qu’une vingtaine de kilomètres à parcourir avant d’arriver à la zone ciblée. Elle se trouve là-bas, devant lui, dans le cratère. Apparemment dans un secteur où se trouve un agglomérat de cavité propice à sécuriser le matériel en cas de forte tempête. Enfin, en théorie…

Il enclencha le démarrage de son engin qu'il lança à vitesse lente dans la descente laissant le « Red Dust Explorer » épouser comme il entendait le devers abrupt du cratère. »
[28/11/2018 13:16] Histoire de Joseph
Catégorie : Aventure


Titre : Projet "MIG"/ J.01



6

5
Post de : Joseph
« Lorsque il vit dans son rétroviseur, le dernier bunker de la zone de vie se dissoudre dans l’horizon, Il se mit alors à accélérer, sans trop savoir pourquoi. Une envie soudaine surement de s’enfoncer au plus vite dans les plaines rougeoyantes que lui offraient les paysages Martiens.

Pourtant la veille, Il avait traîné un peu la patte dans le garage pour charger le Betrayal de l’expédition, retardant un peu son départ. Peur d’oublier un truc, il avait vérifié plusieurs fois la liste du matériel. Il savait que le moindre manquement, le moindre oubli pouvait s’avérer mortel lorsque l’on partait vivre en autonomie durant des semaines dans le désert.

Il avait aussi perdu un peu de temps au bar du forage. L’arrière-gout qui traînait encore dans sa bouche lui rappelait qu’il avait surement un peu abusé du rhum ambré de synthèse dans la soirée.

Dans le bunker, en appuyant sur le gros bouton rouge de démarrage, Il avait ressenti les vibrations du moteur lui parcourir l’échine avant de saluer depuis l’habitacle, d’un geste de la main, les quelques syndiqués venus lui dire aurevoir. Gorok, 127 et Tetsuo semblaient un peu inquiet quant à Chromatus et Sulfuro, eux, se passaient l’index sous la gorge en révulsant leurs yeux, lui faisant comprendre qu’il ne reviendrai pas vivant.
Cela le fit sourire en y repensant.

Maintenant tout cela était derrière, les dés étaient jetés, les paysages défilaient devant lui, faudra juste s’adapter aux événements et se concentrer sur le projet «MIG».

Au bout de quelques heures, lorsqu’il eut fini d’écouter le moindre bruit que faisait le « RED DUST EXPLORER », il farfouilla dans sa besace et sortit une des disquettes qu’il engouffra quelque part dans le tableau de bord.
Le son était classique mais assumé. Il remonta un switch et fit basculer le son sur les enceintes extérieurs à plein volume, créant ainsi une onde sonore déferlant dans les vallées rocailleuses.

https://www.youtube.com/watch?v=5UWRypqz5-o
[25/11/2018 22:44] Histoire de Sarlan
Catégorie : Souvenirs


Titre : reconstruction



8

3
Post de : Sarlan
* installé à table coté vitre, café fumant à côté de lui, papiers en face, Sarlan compulse des notes sur les différents équipements pouvant servir aux infirmiers.

Un objet attire son attention, l'objet parfait sans aucuns doutes, voyant la signature de son concepteur, Sarlan pâlit un peu et un étouffe un cri alors qu'une douleur lui vrille le cerveau.

Zoah est en train de s’entraîner avec… avec Chazz.

Deux anciens, deux disparut. Et pourtant, ce témoignage immortel…

La douleur s'estompe aussi vite qu'elle est venue. Sarlan se lève pour se diriger vers l'infirmerie mais un vertige le prend, renversant le café sur les notes.*

- grrr… putain !

* le Casseur semble avoir eu une saute d'humeur en même temps que cet incident est survenu.

Peu importe il tient là l'objet parfait pour Add *

- bon, faut nettoyer ça en plus pff
Réponse de : Waldwen
*Heaume sous le bras, traverse la salle en direction du percolateur, pose en passant son scaph, puis s'apprête à enclencher le percolateur.

Elle se retourne brusquement en entendant grommeler et se dirige instinctivement vers le casseur, ayant chopé un chiffon au passage.*

- Ça tombe bien, j'ai de quoi nettoyer... tiens !

*Lui tend le chiffon, tout en l'observant.*

- Malaise ? Besoin d'un infi ?
Réponse de : Sarlan
* grommelle encore avant de recevoir un chiffon pour nettoyer. Lève la tête surpris n'ayant pas " perçu l'entrée de la Casseuse.

S’apprête à répondre grognon mais s'arrête goguenard*

- ça va aller, merci… J’allais aller en chercher un

* désigne le chiffon et s'en sert pour essuyer ce que les feuilles n'ont pas absorbé de café.

Se lève mesurément, prenant garde à ne pas flancher devant elle, le cœur soudain immensément lourd *

- je vais m'en prendre un autre du coup... je, je te sers ?
Réponse de : Waldwen
*Sourit et hoche là tête.*

- Ça à l'air d'aller en effet...

*Le regarde tapoter légèrement les notes qui ont pris une couleur marron. Lève les yeux et fronce les sourcils, elle n'est pas sûr qu'il aille si bien qu'il le dit. Mais se garde de le faire remarquer.*

- Oui, je veux bien, j'allais m'en faire couler un.

*Le suit un instant du regard, puis se retourne et s'occupe de pomper le liquide des notes. remarque la schématique se doutant de sa destination finale...*
Réponse de : Sarlan
* marche tranquillement jusqu'au perco, pour faire couler deux coffee serrer.

Intérieurement, cette impression de cage l'étreint à nouveau, le laissant pale et quelques peu haletant.

Les souvenirs affluents, son odeur, sa voix, une porte s'ouvre, une porte fermé depuis que sa vie a été mise entre parenthèse.

attrape sa main et la serre fort pour arrête un irrépressible tremblement, le café a fini de couler il faut agit, vite, avant que l'attente ne devienne suspecte.

Se recompose tant bien que mal un masque, inventé une excuse, vite, prévoir, réfléchir.*

- tu veux du sucre ?

* gagner du temps pour se calmer *
Réponse de : Waldwen
*Soulève délicatement une note pour la poser un peu plus loin sur un endroit sec. Termine de nettoyer la table, puis se retourne pour voir ou il en était au moment où il lui parle.*

- Oui, je veux bien, un morceau s'il te plaît

*L'observe intriguée, il n'a vraiment pas l'air au mieux de sa forme. Attrape toutes les notes et les places sur la table à côté de façon à bien les étaler. Puis se place devant la baie et observe la grande dame.*
Réponse de : Sarlan
* ouf, le sucre, sauvé. Part en chercher revient avec les tasses, le temps que les tremblements se calment, mince les cuillères, pose le tout, repart, revient.

Perdu.

Y arrive finalement et reviens avec les tasses dans les mains, pose la sienne et lui tend l'autre. *

- tiens, le voilà.

* voix hésitante un instant mais se reprend *

- la Dame est belle ce soir.

* regarde ses notes se fixe sur un autre sujet *

- tu as vu l'objet ? Tu connais quelqu'un qui sais le faire ?
Réponse de : Waldwen
*Son regard se perd sur le vert brumeux ou la silhouette squelettique de la grande Dame semblait danser. Se tourne vers le casseur et prend délicatement la tasse, puis lève les yeux vers lui.

- Merci, Mhumm, j'en ai bien besoin...

*L'effleure du regard... se demande si elle ne devrait pas lui dire de voir avec l'infi si tout est bien rentré dans l'ordre. Elle savait qu'il pouvait encore avoir des réactions étranges en rapport avec ce qu'il lui était arrivé. Le final, n'avait pas été très simple. Elle frémit au souvenir fugace, puis se détourne et reporte son regard au loin.*

- Oui, elle est belle, regarde, on dirait qu'elle danse sur une musique que elle seule entend...

*Trempe ses lèvres dans le liquide ambré.*

- Oui, j'ai vu, tu as notre sœur de métal qui sait les faire, Luna, tu as aussi Albakore, Enicnarf, Mercury, Foxistem, et Kimcass...

*Sourit et trempe à nouveau ses lèvres après avoir parlé*

- Il y en a encore deux ou trois, mais je ne pense pas que tu aimerais avoir à faire à eux.
Réponse de : Sarlan
* écoute la mélodie qui défile sans entendre, sans réagir. Un peu perdu, un peu gêne, quoi d'autre ? Elle attend une réponse, qu’à elle dit ? La voix il l'a entendue mais le propos ? Elle a parlé de danse *

- oui, oui, mais bon, la fatigue...

* elle voulait danser ? ça passera bien pour cette fois, non ?

S’oblige à porter son attention sur le propos. Les noms défile, une seule pensé l'obsède et sort toute seule *

- combien sont mort dans cette liste ? …. Je veux dire, qui est encore disponible ?

* prend une gorge de café, troublé par cette situation. Il l'avait croisé dans les couloirs, mais n'avait pas parlé depuis longtemps.

Note pour plus tard, ne pas se retrouver seul.
Pourquoi ? C’est idiot ? Il avait tant à lui dire, mais fallait-il ? Complètement déboussolé, s'assied portant lui aussi son attention sur la verte, comme ses yeux ?

S’empêcher de trembler, s'empêcher de trembler, s'empêcher de trembler *
Réponse de : Waldwen
*L'écoute d'une oreille distraite mais sursaute quand il parle de la liste et de mort, se tourne vers lui, termine sa tasse qu'elle pose doucement sur la table.

Ne le quitte pas des yeux, il est un peu plus pâle que tout à l'heure. Sourit comme pour le rassurer, puis tire une chaise et s'assied face à lui. Puis s'exprime adoucissant sa voix *

- Toute les personnes de la liste que je viens d'énoncer, sont vivantes et bien vivantes. Tu permets ? J’ai l'impression que tu as fait une petite baisse de tension là.

*Lui prend doucement la main, puis du pouce cherche le pouls sur le poignet, ses années d'étude d'infirmière remontant à la surface.*

- Toutes les personne nommés sont dispos, Luna, répondra présente direct, Mercury est là aussi ainsi qu'Enicnarf... les autres il faut juste les choper au bon moment.

*Se lève et sourit.*

- Tu as les battements un peu rapide, je pense qu'effectivement tu dois être fatigué... il serait temps d'aller se reposer. Et si tu as l'occasion, passe à l'infi dans la journée de demain Add pourra te donner quelque chose.
Réponse de : Sarlan
* le contact avec la main douce et fraîche le fait sursauter, Sarlan ne s'y attendait pas. Bredouille bêtement ne pouvant retenir un tremblement *

- oui, d'accord. J’irai le voir

* se sent obligé de rajouter *

- je vais bien... ne t'en fais pas… et, et toi ?

* toujours dire l'inverse, l'armure est en place, elle ne doit pas céder.

Les images le hante, ce " qu'il " lui a fait, tout ce mal, a elle et aux autres *

- je vais aller au lit oui, demain j'inspecterai les coursives du nord.
Réponse de : Waldwen
*Se retourne vers la seconde table, et ramasse les notes, certaines encore un peu humides, mais tout est lisible sur l'ensemble. Les lui tend en souriant.*

- Je vais bien moi aussi, enfin je crois, Add ne m'a pas encore vu dans son antre, c'est donc que tout est ok.

*Attend qu'il se lève, et récupère les notes, puis marche avec lui vers le couloir déversant les chambres personnelles quand ils restent au bunker de commandement.*

-Ne vas pas te perdre dans les méandres des coursives, bonne nuit Sarlan…

*Lui fait un petit signe et bifurque pour rejoindre sa chambre*
Réponse de : Sarlan
* acquiesce du chef sur l'état de Waldwen. Prend les notes en lui faisant un sourire et se laisse raccompagner après avoir débarrassé la table *

- je vais tacher de me rappeler ma chambre.

* sourit à nouveau, crispé *

- bonne nuit à toi aussi

* la regarde bifurqué, perdu un instant dans la contemplation puis prend la direction de sa chambré, passe la porte, la verrouille et porte sa main a la poitrine. La déchirure le lance, crispant les dents, serrant fort la cicatrice comme pour empêcher quelques choses d'en sortir.

Se laisse glisser le long du sas métallique ses jambes ne le portant plus. Le froid mordant sa nuque, les yeux vide et lui livide. *

- putain de merde…

* reste appuyé là, perdu dans des tréfonds que seule la nuit noire et obscure semble connaître *
[22/11/2018 23:19] Histoire de Sarlan
Catégorie : Bunkers & concessions


Titre : banalitées



9

3
Post de : Sarlan
* Installé a son bureau, face a la baie vitré, Sarlan écrit une lettre, essai d’écrire une lettre. Une fois de plus l’ébauche fini en boule dans la corbeille..

le Casseur pose son stylo alors qu'un mal de crane vient s'installer, en même temps qu'une lassitude..
le regard perdu dans les vagues ondulantes du désert martien. Un malaise l’étreint, un souvenir fugace, un dédoublement..

une bulle dans la bulle, ses yeux voient mais ce n'est pas lui, des visages, ses compagnons, et d'autres qu'il ne connaît pas, plus anciens, différents.

D'autres lieux.

Redresse la tête, un peu vaseux, a il rêvé, a il dormis ?

La nuit se pointe a l'horizon et tout reste a faire. Le Casseur doit encore aller « crafter » pour s’améliorer, pour avancer, un objectif. Un palliatif...

s’équipe rapidement et quitte le confort relatif de son bunker a demi détruit pour rejoindre son atelier a ciel ouvert. Lève les yeux aux étoiles, quelques part quelqu'un regarde peut être le ciel, et le voit il de la même manière .. *
[20/11/2018 22:23] Histoire de Joseph
Catégorie : Aventure


Titre : Le projet "M.I.G."



9

6
Post de : Joseph
* C’était un soir, après une longue journée de creuse, lorsque tout le monde s’était retrouvé dans l’alcôve autour d’un verre, que le projet avait vu le jour. Nous débattions sur la faisabilité, ou pas, de l’implantation et la construction d’une base autonome dans le désert.

Sulfuro nous avait montré sur son carnet de note, des croquis détaillés de ses concepts de bâtiments sur lesquels il travaillait depuis un moment. L’un de ses édifices nous avait donné une idée; utiliser des Betrayals comme matière première à la construction d’un bâtiment en les intégrants comme module de vie dans un assemblage commun autour d’un dôme central.
En commentant les croquis, les gars avaient déjà trouvé comment pressuriser la structure en déviant les containers d’oxygène.

L’idée alors de développer une base arrière et opérationnel dans les confins martiens, loin de la zone de vie, semblait tout à fait réalisable à partir de ces plans.

Vieux baroudeur et donc bon connaisseur du terrain, Apache, lui, avait conseillé une région à 3000 km de la zone de vie qu’il avait traversé quelques années auparavant et qui par une géographique particulière pouvait être susceptible d’offrir une défense naturelle contre les vents violents.

L’alcôve du « Red Dust » prit alors la décision de financer et de préparer au plus vite une campagne d’exploration dans cette région afin d’y récupérer des données cartographiques, géologiques et météorologiques plus précis que ceux que nous mettait à disposition la Firme.

On avait nommé ça le projet « MIG»; acronyme de Mission Investigation Géographique.

Je m’étais porté volontaire pour aider aux premiers relevés de terrain. Tetsuo avait profité de l’espace qu’offrait l’alcôve syndicale pour m’enseigner les techniques de base pour mener à bien les premières missions topographiques.

Durant quelques jours il m’initia aux relevés métriques qui permettent d’établie avec exactitude sur une carte tous les détails et le relief d’un terrain.

Mettre à niveau la bulle du niveau posé sur son trépied était la base de toutes les étapes pour avoir des relevés d’altitudes le plus précis possible.
Ce n’était pas simple à faire à cause des gants du scaphandre, mais au fil des exercices et quelques taquets reçus à l’arrière du casque, j’avais appris à prendre le coup.
Lorsque les points d’altitudes étaient relevés, il me fallait ensuite les reporter sur une carte vierge sous le contrôle attentif de mon formateur qui me faisait ensuite calculer le maximum de dévers en un temps donné avant de les transmettre par les ondes au centre de commandement.

« Vu la baisse significative de ton espérance de vie lorsque tu seras dans le désert, faudra que tu nous transmettes un maximum d’informations au plus vite. » S’amusait à me rappeler assez souvent et non sans une certaine pointe d’ironie, mon prof temporaire.

Tout cela permettrait ensuite à Tetsuo, qui faisait office de géographe sur le projet, de pouvoir modéliser avec précision le relief des zones visées sur de grands panneaux afin que Sulfuro puisse avoir une base de travail la plus fiable possible. C’est lui aussi qui nous avait dessiné et conçu une partie des plans de l’aménagement du betrayal.
Pendant ma formation, Gorok, Apache et 127, finissaient eux de préparer un des Betrayal fraîchement acquis par le syndicat pour les expéditions à venir.

Pour le premier de la série, ils étaient partis sur le principe d’en faire un engin à vocation scientifique ce qui voulait dire, devoir aménager un lieu de vie pour une longue durée.

Ils avaient alors investi le garage syndical et s’y étaient consacrés à temps plein chaque soir.
Ils avaient commencé par modifier l’intérieur de la soute en y créant un petit espace de bureau nécessaire au projet. On peut y déployer sans peine quelques carte sur le plan de travail qui fait la largeur du fourgon et sur lequel est posé l’appareil à transmission.

L’étagère placée au-dessus, est conçu pour que deux fils tendus puisse empêcher les carnets de notes et les cartes de tomber au moindre soubresaut de la route. Un petit caisson soudé à sa base permet lui de recevoir le matériel de géomètre.

Sur une des parois, Ils ont aussi fixé un lit couchette qui se rabat sur le côté et dans l’angle du coffre ont été installé les sanitaire et le point d’eau. C’est spartiate mais efficace. C’est une fois l’intérieur fini, qu’ensuite Apache et 127 s’étaient attaqués au moteur et Gorok à la carrosserie.

Au début, je passais les voir mais j’ai vite laissé tomber. Dans la sueur, les gerbes d’étincelles et les cris du métal, ça grognait sec dans le garage. Lorsque j’y aventurai une tête je devais alors esquiver la trajectoire d’un nombre important d’outils qui arrivaient dans ma direction. Ils étaient concentrés et fallait pas les faire chier.

Il a fallu attendre un certain temps avant de voir le résultat final.

L’intérieur est une invitation au voyage, chaque chose est bien pensé et le moindre espace est optimisé pour un minimum de confort.

Quand au moteur, il ronronne comme un chat sauvage et s’enrage comme un tigre lorsque l’on caresse l’accélérateur.

La carrosserie, dont la couleur est d’un noir profond aux reflets bleue nuit, est en partie recouverte d’une peinture du drapeau syndical partant de l’avant et recouvrant tout l’ensemble du flanc droit jusqu’à l’arrière de l’engin.

Sur les pare-chocs, Gorok et 127 avaient gravé au chalumeau son nom dans le métal avant que Chromatus ne vienne tourbillonner autour du monstre d’acier en chantant des louanges aux grands anciens.
Puis il fixa, de part et d’autre, quelques amulettes faites de bric et de broc et interpella les esprits dans une langue secrète, exigeant d'eux une protection immédiate.

C’est le premier Betrayal modifé du projet « MIG».

Il est baptisé : « Red Dust Explorer » *
[20/11/2018 21:22] Histoire de Sarlan
Catégorie : Bunkers & concessions


Titre : karma



10

2
Post de : Sarlan
* Sarlan arrive devant le lourd Sas de la station. L'un des ultimes point de contrôle, entre la barricade et le centre névralgique de la Casse.
L'homme fait une pause, appuyé d'une main a coté du lecteur de badges, l'autre tenant précieusement contre lui, le paquet découvert plus tôt.

Son souffle repris après la marche effectué dans les dunes, le Casseur passe finalement le Sas.

La première porte se ferme derrière lui, laissant ainsi la deuxième s'ouvrir, décompression oblige.
Le Casseur marche d'un pas assuré dans les couloirs de la station hors normes ou plutôt ce qu'il en reste.
Traverse un secteur en démantèlement, évitant les ouvriers. pour enfin après un dernier sas, arriver par une coursive a l’écart jusque dans l’alcôve.

Descendant une volée de marche pour arriver prés du perco degageant une odeur alléchante. Se sert.
Prend la direction de l'une des tables prés des Baies, personne a première vue ne rode a cet heure.

Sarlan pose délicatement la petite boite face a lui, évitant les taches de gras et les traces de cul de tasses.
Grommelle et regarde la sienne qui, inévitablement, fera la même chose *

- putain de tasses percées.

* Se re concentre, reprend le paquet en main, le soupèse, le retourne, une simple boite armée par du scotch et malgré sa taille réduite, assez lourde.

Le Casseur la repose, sort une dague et entreprend de l'ouvrir précautionneusement.
Rapidement, emballé dans un chiffons gras, un premier objet émerge.

Tout y est rangé avec soins, sans doutes l'une des manies d'Absalon, incompréhensible alors que le reste de son bunker était un vrai bordel.

Le premier objet donc, un masque 37. le retournant Sarlan se rappel ce masque il le doit a son frère, Inquisiteur. L'un de ses premiers objets, difficile a atteindre, combien de jours ? 200 ? peut être.. c'est loin..

rapidement au fil des objets, Sarlan comprend ce qu'est cette boite, une boite de Pandore, pour Absalon, cette boite renfermait tout ce qui le rapprochait de Sarlan, toute cette vie qui lui faisait défaut mais qu'il enviait malgré tout. Ces objets, l'imposteur n'avait su s'en séparer mais en avait trop peur pour la « charge émotionnel » qu'il représentait

un objet l'attire, plus petit, la taille de la paume d'une main peut être, guère plus caché derrière le chiffons, l'objet a l'air difforme.

Doucement, le Casseur dégage ce dernier, la, ses yeux semble sortir de leur orbite, alors qu'une douleur lancinante le prend, dans la poitrine mais aussi dans la tête.

Instinctivement, le guerrier serre les dents, portant la main a son cœur. Se crispe dessus. Pas la peine de prendre l'objet en main, pas la peine de le retourner, il sait ce que c'est, il se rappel d’où ça viens.

Sarlan n'a rien oublié, du mal qu'il a fait, des événements qui se sont produits. Si son Karma avait été plus fort, aucuns doutes que des choses autour de lui auraient pu se briser, mais aujourd'hui la seule choses qui se passe, c'est une larme qui roule, qui sourde le long de la joue du Casseur.

Assis la, le souffle coupé, les yeux gonflé, tout cela devant un cailloux, mais pas n’importe quel cailloux

une rose météoritique Cyndelle *
Page suivante

Jeu de rôle dystopique et post-apocalyptique sur navigateur. MMORPG francophone gratuit.

Ce browser game multijoueur contient des données scientifiques réelles martiennes incluant une part de fantastique gothique. TEM est aussi un jeu de stratégie sur MARS !

©2001-2018 - TEM La Firme Tous droits réservés KCS.fr © Reproduction partielle ou totale interdite. CNIL : déclaration n° 1015117

Conditions Générales d'Utilisation
The-Firm-LOGO
Follow @temlafirme
Facebook-logo