TEM-La-Firme

Le jeu de rôle fantastique sur la Terraformation de MARS : Projet TEM

TEM-menu
Un avant goût du terrifiant Red Wüste de la planète Mars !
Les incroyables aventures des Terraformers mais aussi les moments heureux comme les périodes de douleurs.

- La grande aventure martienne de la Terraformation -
[31/03/2019 15:23] Histoire de Sarlan
Catégorie : Artisanat


Titre : Equipement Dissident



12

4
Post de : Sarlan
* Sarlan avait, pour quelques heures, délaissé Waldwen.

Passant au tabularium avant d’aller la rejoindre pour la soirée.

Le Dissident repoussa deux petits objets précieux placé dans un sac de toile satiné. Et en sortit un autre, bien plus volumineux. Placé sur un support métallique trônait une cuirasse Humungus. Un peu plus loin, l’on pouvait voir un manteau de cuir dans un bain de teinture rouge.

Sarlan se mit à chercher des points d’attaches, à crayonner sur un papier avec du charbon pour voir ou et comment modifier.
Quel serait le changement le plus pratique. Quels seraient les meilleures solutions pour rendre le tout efficace et pratique.
Beaucoup de point étaient encore avoir mais déjà d’autres projets se profilaient à l’horizon et le temps lui manquait. Un œil a l’horloge analogique le confirma.

La soirée avait déjà avancé et il fallait aller la rejoindre.

Le Dissident chargea avec lui les croquis et les plans et verrouilla l’atelier en sortant.
Il montât dans le véhicule qu’il lui avait emprunté et partit.

Direction « chez nous » *
[27/03/2019 09:44] Histoire de Nevrax
Catégorie : Inclassable


Titre : L'habitant



16

1
Post de : Nevrax
* l'Arlequin apparaît enfin sortant enfin des "ruelles étroites de Big quake. Le labyrinthe jonché de détritus de toutes sortes ; plaques d'aciers, blocs de bétons armés ,câbles et gaines de différents diamètres, conduites en acier....créant sur des dizaines de mètres de haut ,des espaces et passages improbables dans une atmosphère oppressante, pauvre en luminosité.
L'étroitesse de ces "ruelles",donne l'impression d'être un rat à parcourir des égouts immenses, sinueux, labyrinthique !
On se perd vite, on retombe malgré soi sur ses pas après plusieurs minutes de marche parfois, sensation déroutante, décourageante.Trouver ses repères en cet endroit est impossible pour un novice.
Si vous levez la tête de temps en temps, vous serez envahi par le vertige des amas du chantier Big Quake qui vous domine et vous rappelle que vous êtes tout petit et insignifiant,quand lui culmine à des hauteurs dont vos yeux n'arrivent à en voir le bout.
Il n'est pas bon conseil de rester oisif trop longtemps à observer les hauteurs. Si elles vous font vaciller et commence à donner la nausée, alors il est temps de baisser la tête et reprendre son périple , et marcher en regardant ses pas afin de retrouver son chemin ,une sortie....s'il en existe véritablement une.

Le novice qui souhaite visiter cet endroit devrait bien sagement demander un guide dans ce qui ressemble à une Médina proliférant sur des centaines hectares, dépourvue de signalisation et de logique
[24/03/2019 20:39] Histoire de Silma
Catégorie : Rôles Syndicaux


Titre : Association de bien faiseurs



12

10
Post de : Silma
Voilà plusieurs jours que Breizhteam s’est rendu au GGC. Ses rapport arrivent régulièrement et ne semblent pas avoir été falsifiés.
Pourtant tout semble normal, trop normal.
La routine d’un syndicat lambda, ambitieux certes, mais rien de plus.
Leurs différents projets sont très intéressant et rejoignent les vues de Melpomène.

Tout cela est trop beau. Le Panda se serait-il acheté une conduite, son passage sur la dalle lui aurait-il remit les idées en place, ou bien le contact des anciens casseurs lui serait-il bénéfique?
Ces questions restent en suspens.

Toujours est-il que la voie technologique, que ce nouveau syndicat semble emprunter, intéresse fortement les Melpomène.
Ce serait peut-être ce qu’il leur manque pour finaliser leur projet de dissémination de camdrones et bien d’autre encore, comme la cuirasse Konig.

Ces fichues camdrones nous donnent du fil à retordre. En poste fixe, elles fonctionnent très bien. C’est en mouvement que cela devient plus compliqué.
Impossible de faire un balayage de zone, sans que tout ne devienne flou.

C’est justement en cherchant de l’aide auprès des meilleurs artisans, que nous nous sommes aperçu que deux d’entre eux avaient rejoint le GGC.

J’avais déjà collaboré avec Jethro sur un projet et j’avais apprécié ses capacités d’organisation et sa force de persuasion, sans parler de son humour et de sa façon bien à elle de relativiser.
Quand à Solomir, sa réputation n’est plus à faire, personne ne lui arrive à la cheville. Elle a élevé l’artisanat au rang d’art.
Le plantigrade, par contre, c’est une autre histoire.
Agitateur notoire, râleur, Acidalien par loyauté plus que par conviction, baroudeur patenté et j’ai envie d’ajouter: opportuniste.
Lui et moi ça n’a jamais été le grand amour, bien au contraire, même si à certaines occasions il a eu droit à mon respect.
Bref : l’épine dans le pied.
D’où cette surveillance accrue.

Au fur et à mesure que les rapports arrivent, l’idée d’un rapprochement devient de plus en plus tentante.

Qu’avons nous à perdre?
Pour ainsi dire, rien. Un pacte reste un pacte, une chaîne, reste une chaîne, que l’on peut briser en cas de désaccord.

Qu’avons nous à gagner?
Tout. Des alliés, des projets, une ouverture sur une autre façon de percevoir notre futur et que sais je encore…

Qu’avons nous à leur apporter?
La stabilité, une légitimité, nos communications longue portée, un procureur mécano de génie.

La question est : Voudront ils de nous?
Réponse de : Jethrophobic
a rouge est faite de tant de choses...

La vie suivait son cours au garage, les prospects s'affairent à leurs tâches journalières pendant que le MC s'affairait à traiter d'affaires plus sérieuses. Les réunions s'enchaînent depuis la venue du procureur, qui occupait la place du vice prez.

Tant de choses restaient à faire, tant de voies à explorer, le Ggc n'en était qu'à ses prémices, mais une alliance solide et à contrepied de tout ce que le commun des terraformeurs pouvait attendre ne pouvait qu'être bénéfique.

Une nouvelle ère se profilait dans la zdv1, et les membres du garage y étaient préparés.

Serait-ce le cas pour le reste de la zone de vivance ?
Réponse de : Catadiop
*Sirote sa pinte et fait un signe d'approbation*
Réponse de : Panda2
* A la croisé d'un pilier maitre et de poutrelle, se trouvait la table du Garage. Étalé sur son siège, bras croisés sur la poitrine il réfléchissait.

Les objectifs du GGC étaient ambitieux chaque membres en avaient conscience. Cependant, la raréfaction des colons débarquant du Charon avait complexifié sa mise en œuvre réduisant les alternatives. La ZDV se sclérosait comme des p'tits vieux de Terra. Un électrochoc semblait la seule chose a faire pour sortir la Zone de Vie de sa léthargie. Un électrochoc salvateur apte à enclencher de nouvelles dynamiques à la surface de la Rouge. L’idée, de prime à bord incongrue, avait fait son chemin. Elle avait muri tranquillement à l'abri des indiscrétions. Bien des obstacles étaient apparus, tous avaient été surmontés. Au final, il restait cette notion : Parallaxe.

Elle était déjà fondatrice au sein du Garage et du MC1%GD... sous cette hypothèse elle prenait une autre dimension en la renforçant. Car c'était bien là un de leurs objectifs majeurs sur la voie technologiste : retrouver les dogmes perdus, les réunifier de nouveau. Hors cela ne pouvait ce faire avec une ZDV léthargique, empruntant encore et encore les mêmes chemins depuis la remise en marche de Charon. Une petite case pour chaque chose et la commedia dell'arte recommençait à l'identique inlassablement. Il fallait mettre un terme à cela et quoi de mieux qu'un contre pied réfléchi pour ça?

Au sein de la Chapelle du MC, les discutions avaient été animées autours de la table. Les hypothèses, les conjonctures avaient été passées en revenu et la table avait voté. Il ne lui restait plus qu'a officier dans son rôle de Président du MC en actant le choix de la chapelle. Il n'ignorait rien des difficultés qui s'annonçaient et des petites conséquences à venir. C'était un coup de poker digne d'un Ace Of Spades !

D'un geste de la main ballait ses réflexions en souriant puis se met à chantonner :

" ♫♪ If you like to gamble, I tell you I'm your man
You win some, lose some, all the same to me
The pleasure is to play, makes no difference what you say
I don't share your greed, the only card I need is the Ace of Spades
The Ace of Spades... ♪♫ "

Se marre puis grommelle pour lui même :

" Bien faisons le ! Alea jacta est ! " *
Réponse de : Breizhteam
*c'est avec un sourire que je coupe mon pda. La Famille avait enfin tranchée en faveur du Garage. La demande de pacte un acte fort. Des visions qui se rejoignent, des intérêts qui convergent. Un champ des possibles infini.
L'aventure qui se présente va être stimulante, et cette alliance, inédite encore, précurseur d'une ère ouverte sur les Technologistes.

Que Le Grand Mouvement reprenne. *
[24/03/2019 17:42] Histoire de Solomir
Catégorie : Artisanat


Titre : :paranoGAUDIN:



10

7
Post de : Solomir
Descente de son betrayal, elle tire de sa soute un sac dont sort des sons tantôt sourd tantôt métallique.

Traversant son Sas-Maitre, la Chevaleresse Tigre n’enlève que son heaume, elle sait qu'elle doit repartir peut après, arrivée dans son Athanor, un creuset rougeoie dans l’âtre.
Elle pose son sac, prend un des objets, une meteorite précieuse et la pose sur une surface d'inox, prenant un marteau elle brise le corps céleste échoué sur Mars.

Répétant ses gestes elle fini par remplir le creuset de meteorites déchues, elle appuis sur un bouton, un ventilateur se mettant à pulser sur les braises qui passe d'un rouge vif à un blanc éblouissant.

Quelques instant, les solides sembles vibrer puis briller, ils s’étalent, liquéfiés, au fond du bol de chauffe. D'une main experte l'artisane prend une longue pince et une poignet de poudre blanche, elle saisit le creuset et verse le borax sur le liquide.

Agitant le melange, surnagent, attiré par la poudre purificatrice, les elements les plus vils. Satisfaite de l’avancement la Tigresse verse doucement le contenu porté presque à l'ébullition dans une lingotière de métal sombre.

Juste quelques grammes, de l'or pur qui se solidifie rapidement mais restant brûlant, que lui importe, ses gantelet sont suffisamment isolant. Saisissant la petite bar et retourne par son Sas-Maitre.

Elle traverse sa concession, entre les patrouilles de PGA's et les tas de ferrailles qu'elle doit encore recycler, là un reste de bet, ailleurs une carcasse de behemot chatouillant son compteur Geyser à son passage.

Arrivé au cœur de sa Forge personnelle, son Tabularium, elle observe un moment son travail en cours. Une "Paine" à demi désossé, différents circuit ont été hacké, passant outre les système de regulations classiques. Elle suit des yeux son oeuvre, la prise d'extracteur karmique original de la cuirasse couplé à un Micro cosmique, le signal relayé et augmenté en puissance, décomposé, amplifié, remixé et ensuite restitué. L'idée est simple, reprendre l'arme sonique du Baleful mais à un niveau personnel, attaque dévastatrice, à tel point que le porteur recevait lui même un contre signal inverse qui l'immunisait à la poussé sonique.

D'un doigt elle vérifia les soudures sur l’arrière de la cuirasse qui devrait permettre d'attacher la commande spéciale que le MC avait passé à la caste des Couturières, elle se dit que le cuir serait parfait, à la hauteur de leur expertise. Un moment la Chevaleresse imagina les rabats claquant au son de l'amplificateur sonique.

Sortant de sa reverie , un sourire en coin, elle se remit au travail, il était temps de brasser de l'or qu'elle venait de faire sur tous les contact de la Cuirasse du MC pour la rendre techniquement parfaite.
[23/03/2019 08:41] Histoire de Breizhteam
Catégorie : Inclassable


Titre : Tour de table



7

9
Post de : Breizhteam
* Salle de détente syndicale.

Voilà plusieurs jours maintenant que j'ai décidé d'honorer leur invitation.
J'observe.
Un mécano de génie est présent, nous nous connaissons depuis un moment et le voir ici ne m'a vraiment surpris.
Deux artisans. Le haut du panier. Certainement parmi les tous meilleurs que Mars ai jamais portée.
Un agitateur. Celui la... Je n'aurais pas mis une pièce sur le fait de le croiser dans ces conditions. Nous deux c'est plutôt jusque là câlins de destruction massive. Il n y a guère que le vs qu'on a pas fait. Faudra y remédier à l'occasion...
Deux rookies, des prospects à ce que j'ai compris. Ils bossent dur, sont jamais loin l un de l autre. J'ai été ramené douze ans en arrière en les observant. Je vais garder un œil sur eux, ils sont l'avenir. *
Réponse de : Panda2
* Pendant ce temps là en zone Carnot, l'adepte du GGC après avoir entretenu son temple méditait au pied de celui ci.

L'esprit de Pilia l'ancien finissait de souffler à la surface de Mars en ce début de journée laissant place au Porteur d'Espoir. C'est une vibration à son poignet qui le tira de sa méditation. D'un œil, il prit connaissance d'un rapport d'activité. L'adepte laissait place au Président du MC1%GD. Un léger sourire voilé d'un forme de gravité s'afficha sur son visage alors qu'il mettait fin à la communication. Ses pensées ondulaient à la surface de l'eau, le temps jouaient contre eux il en était convaincu, trop longtemps les petits têtards avaient barbotés dans la mare, inconscients ou volontairement aveugle à l'environnement où ils évoluaient. Il était urgent d'ouvrir d'autres voies, de redécouvrir d'autres dogmes, de les honorer et de les pratiquer. Le garage épaulé par le MC1% œuvrait à cela en toute discrétion. L'inviter était un pari risqué car l'enjeu était important tout comme les gains et les découvertes potentielles. La présentation de l'engagement avait été fait sans équivoque. Les conséquences d'une trahison explicite. Dorénavant, seul le temps agissait, faisait son œuvre sur la réflexion enclenchée auprès de l'invité. Attendre et méditer.

Expire... laisse redescendre les ondulations à la surface de ton esprit. Inspire... arpente le chemin de ton Qi du Dantien inférieur à sa transformation en Shén... fais le vide en toi. *

https://www.youtube.com/watch?v=gt evwfKTjP8
[21/03/2019 21:52] Histoire de Mrpingouin
Catégorie : Inclassable


Titre : Commande atypique



13

3
Post de : Mrpingouin
*Alors que la nuit était tombée depuis longtemps sur Mars, quelque part dans un bunker de la ZDV1, une agitation inhabituelle gardait son propriétaire éveillé. Voilà des cycles que le Couturier n’avait pas reçu une commande afin d’exercer son art. Cette demande tombait vraiment à point nommé, le défaut de projet où il pouvait faire revivre le noble travail de la très ancienne caste couturière se faisait cruellement sentir ces derniers temps.

Au coeur du bunker, dans un garage réaménagé par ses soins, l’oeil novice n’aurait vu qu’un indicible fatras d’aiguilles éparses, de notes épinglées, de lambeaux de cuir aux couleurs et aux formes différentes. Pourtant là où semblait régner la désordre, MrP y voyait une symphonie en cours d’élaboration. Naviguant sans encombre dans son antre en dehors du temps, ses ciseaux glissaient sur une grande pièce de cuir épais noir, suivant au plus prés le tracé préalablement appliqué sur le tissu. Parfois, les lames des ciseaux se figeaient un instant suspendues en l’air, le temps au Couturier de vérifier l’exactitude d’une cote sur le schéma qu’il avait mis le temps de mettre au propre, c’était son phare au milieu de cette nuit. La pièce taillée rejoignait la partie supérieure d’un ancien scaphandre de terraformation, respectueusement apposée sur le métal.
Prenant ensuite quelque mesure, il plaça une aiguille sur un pan à retravailler, puis il reprit le vêtement pour lui donner sa forme globale. L’étape suivante consistait à renforcer l’attache entre les manches courtes et la veste elle-même, pour cela MrP avait sa propre méthode, une couture à la fois fine et solide pour assurer un travail soigné et solide. Cela n’était pas une tâchel très complexe, n’importe quel terra ayant réalisé un cache-poussière dans son tabularium aurait très bien pu exécuter un ouvrage du même genre. Ce qui avait poussé le Couturier a accepté justement cette commande-ci c’était pour la fabrication des écussons. Car là demeurait la difficulté. Objet délicat et précis, son commanditaire avait d’ailleurs payé généreusement pour le respect des consignes les concernant, MrP comprit à demi-mot qu’ils devaient certainement correspondre à une sorte de code entre ceux qui porteront ce modèle.


En examinant le croquis le plus abouti qu’il avait réalisé, on pouvait constater un logo facilement identifiable pour les habitants de la ZDV1. Uniquement composé de blanc et de noir, un crâne casqué muni d’une paire d’ailes déployées de chaque côté, fumait un cigare d’un air malicieusement menaçant. Les amateurs d’héraldisme n’auraient pas manqué de noter le losange juste au dessus avec inscrit en son centre un sobre « 1% » , les plus avertis d’entre eux saisiraient le présage d’un tel signe sachant que l’emblème concernait un Motorcyrcle Club. Solennellement, deux bannières ondulées entouraient le tout, la première pour le nom du MC et la seconde pour leur devise.
MrP, sur une grande plaque de cuir découpée à la forme générale du l’insigne, reproduisit fidèlement la multitude de détails qu’il devait absolument respecter afin d’obtenir un rendu impeccable. Sa réputation était en jeu qu’il le souhaita ou non. La colorisation des fils avait rapidement été résolu, les bobines en circulation étaient toutes blanches, il lui avait suffit d’en colorer certaines avec un bloc noir d’ivoire avec suffisamment de minutie pour ne pas craindre qu’elles pâlissent avec le temps.
C’est avec application et armé de sa chère aiguille, la seule suffisamment solide qu’il perça le cuir sans l’abîmer, les aiguilles communes étaient efficaces pour une suture quant à un véritable travail de couture c’était une autre histoire. A plusieurs reprise il piqua et repiqua le fil, alternant les passages de noir et de blanc, faisant apparaître progressivement l’insigne dans sa finalité. Travail délicat s’il en est, diamétralement opposé avec le maniement d’un kréator, activité qui régissait sa vie quotidienne.
Après avoir usé ses yeux sur cette étape cruciale du projet, le Couturier devait placer cet écusson maison et le fixer sur le dos de la veste qui reposait sur le scaphandre. Le défi résidait dans l’invisibilité de la fixation entre l’écusson et la veste. Un travail soigné était sa marque de fabrique, pour cela il fallait se compliquer la vie et parfois innové. Il posa à plat la veste et en s’aidant de l’insigne, y fit de minuscules petits points repères qui devraient parfaitement le centrer sur le dos de son futur porteur. De nouveau une couture, triplée cette fois-ci, sur tout le pourtour du logo fut réaliser afin de l’ancrer solidement sur le support.

Il reposa la veste sur le scaphandre, prit un peu de recul afin d’apprécier au mieux l’effet de l’ensemble. Un simple et discret sourire sur le visage aurait permis au spectateur de deviner sa satisfaction. Il ne restait plus que quelques détails à finaliser, un second écusson bien plus petit sur la poitrine avant droite, un rivetage artisanale de la veste sur le scaphandre et enfin la commande était prête.*
[20/03/2019 08:48] Histoire de Silma
Catégorie : Observations


Titre : A surveiller



10

9
Post de : Silma
Le syndicat GGC commençait à faire parler de lui.
Si le concept en lui même n’est pas nouveau, son application si.
Ses membres, issus de différents syndicats, au mélange improbable, ont de quoi intriguer et interpeler.
Les Melpomènes, curieux de tout ce qui se tramait en zdv et au delà, se devaient de se pencher sur la question.
Quelques contacts furent proposés et accueillis avec complaisance. Bien que rebelle et revêche, ce syndicat se voulait détaché de tout lien et de tout clan. Ni anti, ni pro quelque chose. Juste humain; la mécanique et l’exploration, rien d’autre.
Du moins c’est ce qu’ils laissaient entendre.
Rien de tel pour piquer la vigilance des Melpos.
Justement, un carton d’invitation avait été adressé au procureur, comme à plusieurs autres terras de la ZDV.
Qui de mieux que Breizhteam pour enquêter de l'intérieur?
Un Syndicat à surveiller de près, de très près…
[19/03/2019 18:41] Histoire de Panda2
Catégorie : Expériences


Titre : A Spoke in the Wheel...



11

8
Post de : Panda2
* Au loin, les faibles rayons du soleil faisaient luire d'une couleur orangée le dôme du Temple. À l'abri relatif de son bunker, au sein de la salle de commandement, son regard se perdait dans l'ocre de l'atmosphère de mars. À une accélération imprévisible des évènements semblait se succéder une période de calme toute relative. N’était-ce pas là une de ces surprises inattendues de la rouge, sa relativité ?

Méticuleusement, il passait en revue les faits et leurs déroulés; relativité certes mais point de hasards, ici aussi IL ne jouait pas aux dés si tant est qu'IL ait une existence.

Au terme de ses engagements Acidaliens, ses frères et sœurs de la première heure à l'abri, il avait fini d'arpenter ce versant de la voie BOSS. L'heure du prochain croisement approchait, il le ressentait d'instinct dans chaque molécule de son être, dans chaque transmission synaptique de sa pensée. C'est ainsi qu'il a quitté le confort Acidalien afin de recommencer tout à zéro. En premier lieu il médita un temps en arpentant la voie de l'Ermitage.Reclus, aux aguets, il songeât qu'il était temps de laisser éclore ce projet murement réfléchi depuis des années. Ainsi voyait le jour la partie lumineuse de celui-ci : le garage Gaudin Clandestin, et son pendant sombre : le MC1 %GD. Voilà des ères qu'il en parlait, y réfléchissait, sondant, lançant des galops d'essai au détour de conversations anodines. Il ne s'agissait pas d'un énième syndicat créé en cdv, une énième tentative égocentrique d'un colon en perdition. Il connaissait son but et s'en donnait les moyens. Rares étaient ceux ayant grâce à ses yeux pour l'accompagner dans ce qu'il espérait inédit.

Était-ce son éloignement volontaire de la vie de la ZDV durant son temps d'Ermitage où une énième panique infantile d'anciens adversaires apprenant qu'il créait un garage sans autre forme de communication vis-à-vis de la ZDV ? Quoi qu'il en soit, il ne fallut pas un cycle pour voir détruite la caste de l'hydro à la surprise générale. Tout à sa reprise de contact avec la vie de la ZDV, il observait les conséquences, haranguant de temps à autre, mais toujours avec bienveillance non sans une pointe de sarcasme habituel. N'est pas scorpion qui veut !

Jamais deux sans trois paraît-il? C'est ce qu'il vérifia encore une fois dans un acte qui de prime abord ne le touchait pas directement. Un de ces petits actes pas très nets dignes d'un lapin de garenne surpris en pleine nuit de se retrouver à la lumière des phares d'un camion lancé à peine vitesse. Curieusement, le petit lapin égaré n'était pas étranger à la trame relationnelle dès ses anciens adversaires. Mais tout cela ne le concernait pas directement à ce moment du récit. De son coté, il s'affairait avec les trois autres. Ils s'organisaient et préparaient leur arrivée au garage au terme de leurs ermitages. C'est tout occupé aux préparatifs de l'ouverture du garage et aux centres d’intérêt de MC1 %GD que les sbires de la firme ont débarqué à son bunker. Sans la moindre explication ils l'ont embarqué manu militari et collés sur une dalle du purgatoire. Pour qui, pourquoi, c'était le mystère le plus complet, dernièrement il avait été plutôt sage comparé à d'autres périodes. Lorsqu'on explore les limites connues et inconnues, il faut croire que tout se paye pour la firme. Son esprit tournait à plein régime alors que l'on emmenait vers le lieu de lancement. Puis il réalisa, il comprit qu'en vertu du rasoir d'Occam une seule chose expliquait sa situation. C'est pris de sueurs froides devant cette révélation, les yeux exorbités, que les sbires l'attachèrent à la dalle du purgatoire. Lors de son lancement, nul ne l'entendit crier d'une voix primale : MMEMO !

Soudé sur une dalle il n'y a pas d’échappatoires. Quel que soient le colon et ses compétences, les G encaissés par la poussée du réacteur conventionnel produisent le même effet chez quiconque n'y ait pas préparé: blackout total. Pieds et poing lié, le colon se retrouve seul, déconnecté de tous en rotation autour de la rouge. Au Bar du forage, nombreuses sont les histoires de rookies qui sombrèrent dans la folie en découvrant l'enfer martien et emportés un beau jour par les sbires de la firme sur une dalle. Le faible niveau de leur scaphandre n'offrant aucune protection lors de leur purgatoire, très rare sont ceux à en être revenu vivant, cramés à l'étouffer dans leur scaphandre. Ce sont les alarmes stridentes de son scaphandre qui ramena sa conscience à l'éveille. Ça clignotait de partout, la visière ionisée de son heaume semblait HS. Impossible d'ouvrir les yeux face à la lumière aveuglante de l'astre solaire, cerise sur le gâteau d'une situation désespérante il lui semblait que son cerveau était pris par vagues dans un étau. Serrer, desserrer, serrer, ... pantin impuissant d'un démiurge sadique et implacable. L'enfer de la rouge lui sembla à cet instant un paradis au regard de sa situation des plus oppressantes. Sa réaction fut primaire et bestiale, celle d'un un cri de rage, de colère et de douleur qu'il poussa durant de longues minutes. C'est la respiration haletante qu'il réalisa que sa rotation le menait à l'ombre de la rouge. En quelques instants, la fournaise fit place à un froid sibérien, son scaphandre encaissa le choc thermique et son lot d'alarmes supplémentaires. " Je sais que c'est la merde bordel de Nom de dieu de bordel à queue ! "hurla-t-il. Alors qu'il commençait à sentir la rage le remplir de nouveau, une révélation le frappa sans crier gare : les commandes oculaires de la visière étaient toujours fonctionnelles. Il ne voyait plus rien d'autre. Il ne portait aucune attention aux ténèbres qui enveloppaient de plus en plus, ni aux brusques changements de température qui se répercutaient au sein de son scaphandre. Il ne pouvait que serrer les dents comme un naufragé accroché à un bout de bois au milieu d'une terrifiante tempête. Coupant les alarmes les unes après les autres à l'aide de coups d’œil et de battements de cils, il dressait un état des lieux de son scaphandre, bénissant les ingénieurs qui avaient conçu cette seconde peau de métal et ses systèmes autonomes, mince frontière entre une mort assurée et la vie prolongée un peu plus jusqu'au retour sur la Rouge, ultime rivage. Puis soudain, le silence.

Il n'y a plus rien, tout est noir et glacial. Seul sa respiration et la buée qu'il expire aux faibles lueurs de son heaume semble exister. Il n'y a rien. Il est seul. Tout seul, les deux pieds et les deux mains dans la merde. La dalle dans son dos dégage encore la chaleur emmagasinée alors que le côté pile commence à sérieusement refroidir. Son scaphandre encaisse, tentant de maintenir une température interne improbable compte tenu de la situation. Chaud. Froid. Premier choc.

La cerise sur le gâteau ne tarde pas à se faire sentir, par vagues, son cerveau est comme vrillé, pressé, compressé par un étau invisible. La douleur est telle qu'il ne peut rien faire d'autre que la crier gâchant ainsi un peu plus son oxygène. C'est la tête en feu et les yeux injectés de sang qu'il revient à lui émergeant d'un maelstrom de souffrances. C'est à peine s'il aperçoit la fin de sa première rotation. Le retour face à l'astre solaire fait de nouveau monter la température côté face. Alors que le côté pile semble devenir un concentré glacial. Yeux clos, il tente de calmer sa respiration. du fond de sa mémoire morcelée et brisée, un souvenir émerge. Il concentre toute son attention sur son souffle. Il inspire et expire en prenant soin de ressentir l'exercice sur ses organes. Le souffle lent, un rythme paisible s'installent, son esprit se ferme à son environnement et à sa situation désespérée, entièrement tourné vers son souffle. Méditation. Inspirer, expirer. Doucement, inlassablement, tous son être se concentre sur lui-même et petit à petit la souffrance s'envole. Des gouttes de sueur perlent sur son visage, son scaphandre est une étuve. Pourtant, cela ne semble pas le déranger, ses lèvres remuent à peine à chacune de ses expirations. Le colon semble avoir lâché prise sur toutes choses. Il médite retrouvant son Qi. Il se laisse flotter au gré d'un voyage intérieur.

Ondoyant en impesanteur, son souffle le porte. Renaissance du QI au creux de son dantian inférieur. Océan d'énergie. Chatoiement bariolé karmique. Azur et pourpre sous forme reptilienne s'enroulant autour d'un ADN. Ying. Terre passerelle vers le dantian médian. Respiration. Karma. Code ADN. Maelstrom d'oppositions karmiques. Ying et Yang. Transformation du Qi en shén. Explosion, feux artifices karmiques. Azur et pourpre sous manifeste pétitionnaire. Blast énergétique du Gu Qi propulsant au dantian supérieur. Plénitude, calme et sérénité après l'orage porté par son shén. Dissolution du un dans les tous. Yang. Partout et nulle part, tous et rien. Flotte dans l'éther au milieu de masques divins grimés. Semeurs d'étoiles et guerre éternelle. Pont d'or des vertus cardinales grec au Tao-Tö-King. Multitudes dogmatiques. Unité perdue du dogme.
Comme une voix lui susurrant : " petit lézard cuivré, ... petit lézard cuivré, ... petit lézard cuivré, ... souviens toi! Dans l'adversité, réfugie toi dans le TAO, dans la voie, ... là, tu trouveras la force de surmonter les obstacles !!! "
Souffle Qi, respiration. Retour.

Le temps s'est étiré, perdu. Combien de rotations, combien de temps qu'il est là? Ses paupières s'ouvrent sur les ténèbres à peine perturbées par une lumière diffuse. Il respire calmement alors que sa vision semble sortir de la nuit et percevoir son environnement différemment. La première chose qu'il voit, c'est un anneau de lumière. Il met quelques instants à comprendre qu'il survole la face de mars plongé dans la nuit.

Assis dans la salle de commandement de son bunker, il sourit en se remémorant se souvenir et l'instant fondateur. L'alarme qui se fait entendre le ramène aussitôt à la réalité du moment par le biais d'un message syndical : "le couturier est arrivé ! " C'est en se levant qu'il se rendit compte que son corps était perclu de tensions. Se remémorer des instants sur une dalle du purgatoire n'était pas anodin, en revenir encore moins. Qu'en dire lorsque au fond de votre être vous ressentiez qu'elle vous avait transformé, amélioré? D'un battement de cils il sortit de ses réflexions. Il n'était plus seul, le garage vivait ainsi que ses ambitions, ses objectifs. " Et bien hissons haut nos couleurs ! " s'exclama-t-il en sortant de la salle de commandement. " Ce sera un début ! " À cet instant, nul n'aurait pu dire si son sourire était plus bienveillant que carnassier ou vice-versa. *
[17/03/2019 20:31] Histoire de Breizhteam
Catégorie : Inclassable


Titre : Let's roll



11

8
Post de : Breizhteam
* Zone Matjazbone.

Le métal dont est fait ma forge est blanc. Surchauffé. Voici plusieurs heures maintenant que je lui fait face, utilisant sa chaleur pour façonner une plaque de métal. J'ai toujours aimé faire plier le métal à ma volonté.

Mon esprit vagabonde, revient sur les faits des derniers mois.

La Justice Royale ou le début d'une collaboration avec la Reine de vivance dans le but avoué de cadrer certains points. un premier succès, avec un fragile cessez le feu imposé entre deux syndicats en guerre, cessez le feu
* Zone Matjazbone.

Le métal dont est fait ma forge est blanc. Surchauffé. Voici plusieurs heures maintenant que je lui fait face, utilisant sa chaleur pour façonner une plaque de métal. J'ai toujours aimé faire plier le métal à ma volonté.

Mon esprit vagabonde, réflexions allant et venant au rythme presque aérien du marteau,revient sur les faits des derniers mois.

La Justice Royale ou le début d'une collaboration avec la Reine de vivance dans le but avoué de cadrer certains points. un premier succès, avec un fragile cessez le feu imposé entre deux syndicats en guerre... cessez le feu toujours inviolé à ce jour d'ailleurs...enfin si j'en crois mes informations.

Je donne un dernier coup de marteau sur le morceau de métal avant de le plonger brutalement dans un seau d'eau. Un petit geyser de vapeur monte brièvement avant d’être dispersé par les ventilos d'appoints. Je porte la pièce refroidi à hauteur des yeux. Une magnifique coque creuse de camedrone. Une de plus. Dragan va être content, il va pouvoir terminer la série suivante de caméra à disséminer. Le projet est démentiel, ça revient à passer le désert martien au tamis...démentiel, c'est le mot. Et c'est foutu de fonctionner. J'espère que Père peut voir tout cela.

Après avoir expédié la nouvelle coque métallique, je regagne les pièces de vie, passant pour cela devant une salle récemment déverrouillé : Le Reclusoir. Je m'arrête un instant devant la lourde porte, pensif, puis rejoins la pièce d'eau d'un pas rapide.
Débarbouillage sommaire effectué, je me dirige Chouchenn en main au salon. Un moment de détente. Un de ceux ou, satisfait, l'on se surprend à sourire bêtement dans le vide.

Esprit en vadrouille, mon regard se pose sur une carte noire posée négligemment sur la table basse. Je l'attrape, la fait tourner entre mes mains avant de la reposer sur la table.

La suite semble prometteuse. *
[16/03/2019 16:12] Histoire de Sarlan
Catégorie : Bunkers & concessions


Titre : acceptation



14

5
Post de : Sarlan
* Le choc avait été rude. Très rude. Trop rude. Le Dissident avait dû fuir. Rentrer au bunker. Retrouver son cocon. Son lieu.
Enfermé la, comme en prison, la prison que lui évoquait son cœur, la prison de tristesse et de détresse qui c’était dressée au fur et à mesure qu’elle énonçait les faits.

Voilà deux jours que l’homme silencieusement, avait appris tout cela. Deux jours que Sarlan, allongé, attendait que les choses se passent, que tout aille mieux. Se remémorait la scène, se refaisait le film.

Se l’imaginait, lui qui n’était pas là à l’instant T.
Se posait des questions. Tout cela tournait et retournait sans cesse.

S’il n’avait été allongé, Sarlan serait tombé à genoux. Oui, elle avait refait sa vie. Il le savait, elle ne lui avait rien caché, jamais.
Oui, elle en avait aimé un autre. Au moins un.

Mais... Sarlan ne s’était pas imaginé qu’elle eut pu l’aimer tant, l’autre, Anuryce. Le Dissident prit la direction de la cuisine, comme un zombie. Les jambes aussi lourdes que le cœur.
En secret il avait, égoïstement, espéré qu’elle l’attende. Lorsqu’à travers Absalon, il avait vu sa vie à elle. Il avait vu des aventures, tout au plus, mais jamais, au grand jamais, il n’avait pu croire un instant qu’elle eut pu aimer un autre autant qu’ils avaient pu s’aimer.

Après tout, depuis son retour ; depuis qu’elle lui avait dit oui, qu’avaient-ils partagé ? Des repas. Des chansons. De la tendresse. Tout ce que l’on pouvait faire avec un ami, lorsque le cœur est accroché ailleurs...

Devant le placard de la cuisine, Sarlan attrapât un verre et se mit à fouiller. Rien, rien qui ne lui convienne, pas une bouteille d’alcool. Il avait arrêté, pour elle.

Le verre vola à travers la pièce, allant se briser dans un bruit cristallin.

Sarlan tomba à genoux, manquant de peu le plan de travail. Des larmes chaudes inondèrent bientôt ses joues. La tête dans les mains, pour cacher sa peine.
Après tout c’est lui qui avait permis cela. Si à cette époque il avait été plus souvent avec elle, s’il n’était pas descendu seul, s’il n’y avait pas eu cette foutu curiosité. Ce putain de niveau moins quatre. *

- Si moi je ne l’avais pas abandonné ?

* La pire question qui le taraudait n’était pas celle-ci. Que ce serait-il passé si Anuryce était resté ? Que ce serait-il passé si lui, Sarlan, ne s’était pas réveillé ? Qui aurait-elle choisi si elle avait dû choisir. Ses questions inéluctablement, l’amenaient vers une seule réponse. Une seule « petite mort »

Qu’il eut été simple de fermer les yeux pour l’éternité, qu’il eut été simple de s’allonger pour ne plus jamais battre d’un cil. Le Dissident écarta immédiatement l’idée, lui l’ancien grand guerrier, lui qui fut si haut, à genoux pour une femme. A genoux par Amour. Encore une fois... déjà tant de fois. Jamais que pour une seule. Son tatouage frémît, comme si les ailes le poussaient à se relever.

Il n’abandonnerait pas, pas encore. Pas de lui-même.

Ça aussi, il lui avait promis d’arrêter. De pleurer pour elle, de se montrer faible lorsqu’il fallait être fort.

Sarlan se releva, ouvrit le frigo et prit ce qu’il y avait là, à sa disposition. Laissant leur boisson de côté, la LR, le Dissident attrapa une bouteille d’eau qu’il but rapidement.

Parait que ça aide.

Se reprenant, les yeux rougis, Sarlan fit ce qu’il savait faire de mieux, ce qu’il avait toujours su faire. Il prit la direction de la salle de bain. D’abord se calmer, retrouver ses esprits. Redevenir maitre de ses pensées de ses émotions. Et ensuite...
Sous le flot de l’eau pure, qui lave le corps et l’esprit, purifiant âme et cœur. Le Dissident repensa aux derniers jours, se remémora avec un sourire faux à toutes ses promesses. A celles qu’il avait tenues, a celle qu’il lui restait à tenir. Avant l’accident, comme après.
A l’une d’entre elles surtout. Après tout. Elle n’avait pas suivi Anuryce dans la tombe, après tout elle était revenue avec lui, après tout, c’est elle qui l’avait sauvé lui. Malgré sa trahison, malgré son abandon.

Waldwen n’était jamais partie. Elle ne l’avait jamais quitté, quoi qu’il puisse penser. Quoi qu’il eût pu penser.
Elle était restée là, le bordant lorsque dans sa stase il était mort. Que seul son corps avait gardé un peu de vie. Elle était restée là lorsque tout la poussait à partir. Lorsqu’à ses mots et ses questions Sarlan ne répondait que par des souffles, sans vie. Due à une machine. Elle ne l’avait jamais quitté. Avait toujours suivie son corps. Avait toujours été présente. Gardé un œil. Après tout elle n’avait jamais quitté la Casse même si tout aurait dû la pousser à le faire…

C’était même elle qui l’avait poignardé avait tué Absalon et permis son retour.

Comment lui en vouloir d’aimer. Elle... qu’il avait blessé par son absence. Prisonnière de ses sentiments. Prisonnière de leurs non-dits.

Sarlan repensa à la rose.

Cette rose échangée un soir de saint valentin. Date symbolique des amoureux. Rose survivante. Comme leur amour qui avait survécu.
Il le savait, il l’avait côtoyé longtemps. L’espionnant parfois. La belle Waldwen, renferme, replié sur elle-même. Attendant longtemps l’hypothétique réveille d’Anuryce, comme elle avait, par le passé, épié le sien. Epié le moindre signe.

Mais tout était fini entre eux. Anuryce et elle, intérieurement Sarlan le savait. Il l’avait vu dans le regard de la belle lorsqu’elle lui avait dit oui ce fameux soir.

Il n’y avait plus à douter.

Raffermit, décidé, le plan en tête. Sarlan sortit de la Salle d’eau, une serviette passé autour de la taille pour seul vêtement.
Prenant la direction de la salle à manger, le Dissident ramassa son calepin et un fusain et prit la direction de la table, laissant des traces de pieds humides sur son passage.
Il s’amusa à en contempler une alors que déjà elle disparaissait sur le sol du Bunker. *

- Tout ici est éphémère. Tout ici est illusoire. Sauf nous... nous sommes des Phénix.

* S’attablant l’homme se mit à crayonner une esquisse, en toute simplicité. Son dos le tiraillait, douloureux. Une esquisse pour une promesse faite aux vents il y avait déjà longtemps de cela. Quelque chose trop longtemps repoussé.

Satisfait et sans plus attendre, Sarlan s’équipa et prit la direction de son tabularium, croquis au chaud.

Une longue nuit de travaille l’attendant, au moins. Dans la vie, nous ne sommes que des artisans. Il nous incombe de savoir ce que nous voulons, ce que nous faisons. Être des artisans de terreurs, ou des artisans de lumière.

Lui avait choisi, pour que plus jamais, la flamme ne s’éteigne… *

- Te rappelle tu les inséparables ? Nos petits colibris… Waldwen...

* Vivre au présent, profiter de chaque instant pour que le futur ne soit qu’un rêve pour que ce rêve se vive à deux.

Se retournant, Sarlan déposa les objets en cours de fabrication et partit en direction du vox. Il avait un message à envoyer... *
Page suivante

Jeu de rôle dystopique et post-apocalyptique sur navigateur. MMORPG francophone gratuit.

Ce browser game multijoueur contient des données scientifiques réelles martiennes incluant une part de fantastique gothique. TEM est aussi un jeu de stratégie sur MARS !

©2001-2019 - TEM La Firme Tous droits réservés KCS.fr © Reproduction partielle ou totale interdite. CNIL : déclaration n° 1015117

Conditions Générales d'Utilisation
The-Firm-LOGO
Follow @temlafirme
Facebook-logo