TEM-La-Firme

Le jeu de rôle fantastique sur la Terraformation de MARS : Projet TEM

TEM-menu
Un avant goût du terrifiant Red Wüste de la planète Mars !
Les incroyables aventures des Terraformers mais aussi les moments heureux comme les périodes de douleurs.

- La grande aventure martienne de la Terraformation -
[07/03/2019 07:40] Histoire de Xiix
Catégorie : Inclassable


Titre : Odicée



5

7
Post de : Xiix
Vaste, étendu et foisonnant.
Et quelle diversité !
Tout, là, exprime cela dans le vivant, ici.
Sur et dans l’eau, sur et dans la terre, sur et dans l’air, nageant, flottant, marchant, courant, planant, volant.

Tout chante.

Dinosaures de toutes les tailles, plumeux, cuirassés et chantant.
Ce sont les sons, qui nous enchantent comme un mélange de tous les chants que nous avons quittés, quand la longue maison a commencé à naviguer. : pour un aperçu, il suffit de mélanger tous les rugissements, barrissements, sifflements, crachements, caquètements, chants de mammifères marins et d’oiseaux de la terre, la pluie et le vent, l’orage et le fracas des vagues sur les récifs, le murmure des ruisseaux …

Tous les chants d’une planète résonnant sur et dans le grand vide.

(Memo, message du port sombre aux dinosaures psychiques, que nous sommes devenus.)
[04/03/2019 03:11] Histoire de Apolos
Catégorie : Rituels des Grands Anciens


Titre : ondes positive L.S.D



6

6
Post de : Apolos
Nous sommes le 03 /

* Son dernier discours sur le son silencieux l'avait laissé apaisé, comme ressourcé de l'intérieur.

En ce jour , l'humeur est positive chez L.S.D., de bienveillantes ondes positives s'échappent des fils karmiques des Furies réunies.
Les pensées se focalisent vers leurs précieux alliés, l'astre solaire au zénith au-dessus de leurs têtes. *

La seule excuse que nous ayons est celle d'être prisonnier au sein d'une cage dont nous ne connaîtrons jamais l'issue.
Vaisseau flottant dans un espace où il n'y a aucun port de destination auquel s'amarrer.
Finirons nous comme une bulle flottant au milieu d'un univers mort, sommes nous condamnés à cela ?

Il semble que oui et voilà aussi pourquoi nous préférons croire à n'importe quoi.
Notre esprit ne peut se confronter à cette réalité, cela nous précipite dans le chaos, la peur et la guerre alors que nous devrions tous lutter pour vivre au mieux dans cet environnement dur et hostile pour nos fragiles enveloppes d'humains.

Regardons les rivières de sang répandues, ce fluide vital.
Acceptons le prix de nos actes et regardons leur horreur comme leur beauté car les deux sont indissociables et nécessaires.

Prenons la mesure de ce qui a été accompli aujourd'hui.
Le beau c'était un certain fair play, magnifique cette capacité à survivre au pire.
Le merveilleux, les ressources étrangement extraordinaires d'un être de chair si fragile en apparence mais doté d'une capacité de résistance qui semble infinie, l'humain.

" Le soleil s'est levé dans le vent,
Regard implacable et bienfaisant,
Toujours aime et veille ses enfants,

Force brutale tout autant que vitale,
harmonie des contraires chasse le mal,
silence doré permit vie végétale.

Onde complexe qui fait réfléchir,
Soutien mystique irradie sans faiblir,
Ami de la vie qui aide à anoblir.

Adeptes guidez la foule !

Puisse l'écho des Grands Anciens te porter toute notre gratitude, notre ferveur renouvelée, en cette équinoxe espérée et fantasmée.

Fidèles nous resterons, humbles et reconnaissants, depuis le silence ressens la puissance que tu nous as donné.

Prend soin de tous les membres du L.S.D et de ses invités..

Par le sang et par la vie, soit une fois de plus célébré. "

Quelques de sang perdues ce n'est pas cher payé pour honorer ce en quoi je crois.

Dans mes pensées je suis de plus en plus proche de Mulluc.
Je ne sais pas quelle sera son aide mais je crois en ce que je fais et je crois en lui.

J'ai bien œuvré pour que ce rituel soit réussi.

Aujourd'hui j'ai rangé, bien nettoyé le temple.
La poussière rougeâtre se dépose partout.*

"En ces jours troublés, je vous invite à vous recueillir, à entrer en communion, en harmonie les uns avec les autres.

- Chers invités, mes amis,

Je tiens encore à vous remercier de votre présence."
[02/03/2019 15:44] Histoire de Jared
Catégorie : Inclassable


Titre : Les enfants d'Ohkt Le Putride



11

9
Post de : Jared
Des bruits de couloir qui se sont transformés en rumeur pour enfin être avérés.
Le dernier châssis a disparu mais leurs desseins restent.

Okhtavion rappel deux de ses fils à lui.
Deux fils connus sous les noms de Erispoë et Jared,
afin de poursuivre les commandements de la caste du Depositorium et des Putrefacteurs.

Nés hommes, ils renaîtront châssis.
Telle est la volonté et le destin qu’Ohkt Le Putride réservé pour Erispoë et Jared.

Ohkt Le Putride :
Mes enfants, venez vers moi.

Erispoë :
Père, nous arrivons !

Jared :
Père, nous arrivons !

L’appel est entendu, mais la route est longue et le chemin tortueux avant qu’ils rejoignent
leur père au rendez-vous donné à plusieurs milliers de kilomètres du bunker syndical, par celui-ci et ce n’est pas anodin.

Okhtavion attend de ses fils, en bravant les dangers du sable et des vents, qu’ils prouvent leurs valeurs et leur loyauté envers lui.

Erispoë, Jared :
Nous suivons notre voie, nos convictions.
Nous sommes les enfants d’Ohktavion.
Nous sommes voués à devenir les nouveaux châssis.

Dans le bunker syndical le voyage se prépare pour ces deux bâtisseurs.
Ils se doivent d’avoir une logistique imparable.
Cependant, la route est tracée et le destin d’un renouveau pour les châssis est en marche.

http://surtem.fr/ohkt.php
Réponse de : Jared
Message de Jared à Ohkt Le Putride

Père,
Je suis ton fils Jared.

Erispoë et moi-même avons entendu ton appel!
Les châssis ne sont plus, mais leurs desseins restent!

Nous sommes prêts à devenir les nouveaux châssis pour répondre aux commandements de la caste du Depositorium et des Putrefacteurs.

Nous sommes tes enfants et nous nous préparons jours après jours afin de te rejoindre.
Notre destin est lié au tiens.

Père,
Entend notre réponse et ouvre-nous les portes du Xochimicqui 52 pour faire de nous ce que tu as prévu.

Père,
Donne-nous tes dernières directives avant que l'on se retrouve.


Jared.
[01/03/2019 23:07] Histoire de Anuryce
Catégorie : Émotions


Titre : Une dernière fois



15

4
Post de : Anuryce
*La Stase s'ouvrit dans un chuintement strident, accompagné de volutes de fumée fantomatiques. Comme à chaque fois, le corps endolori, il dut se faire violence pour en sortir.

Les ombres régnaient ici en maître, dans un bunker désert. Quelques éclairages de secours diffusaient malgré tout une lumière blafarde entre deux grésillements.

Une fois debout il alla jeter un œil désabusé en salle de contrôle.
Le sas du voxpack clignotait désespérément, malgré le système d'ouverture verrouillé. Un bip plaintif signalait la présence de mail, impossible à lire, bien en entendu.
Tous les voyants de la concession étaient au rouge, toutes l'électronique à l'agonie.
Il écarta du bras un bouquet de câbles qui pendouilllait du plafond pour accéder à son bureau.

Un désordre de paperasses inimaginable s'étalait sur toute la surface, le tout recouvert par une chape de poussière épaisse et poisseuse.

Il se lança dans un début de classement, patiemment, méthodiquement.
L'esprit était parfois curieux, il lui fallait des tâches simples et répétitives pour se reconnecter.

A force de rangement, il tomba sur un portrait.
Le cœur à l'arrêt, il se figea. Une boule vint se loger douloureusement au fond de la gorge. Sa vision se brouilla, mais ses yeux étaient trop secs pour lui accorder quelques larmes.

Rayonnante, dans son fief...le portrait représentait sa belle casseuse... l'amour de sa vie…

https://image.noelshack.com/fichiers/2019/09/5/1551470 571-belle-casseuse.jpg

Les souvenirs affluaient soudain, sans qu'il puisse les refouler. Un flot chaotique d'émotions diverses le secoua sans ménagement, comme des vagues trop puissantes contre un frêle récif.
il se sentit plier, écrasé par le poids de tous ses instants qui remontaient à la surface de sa mémoire.

Comme la toute première fois… ils s'étaient enfuit comme des voleurs dans la remise de la team du thacos, transportés par un désir irrésistible l'un pour l'autre…

Puis cette nuit, où ils avaient partagé ensemble une volute pourpre...partage fusionnel de leurs âmes et leurs karmas qui devait sceller leur amour pour l'éternité…

Ou encore…La nuit de Noël où il avait aménagé un bet en un nid douillet et chatoyant… Ils y étaient restés jusqu'au petit jour… une nuit magique ..à jamais gravé dans sa mémoire…

Les souvenirs s'enchaînaient, des moments de pur bonheur, ceux d'un amour fusionnel comme jamais il n'avait connu…

D'une main fébrile, il entreprit de reprendre son classement pour ne pas sombrer.
Il ouvrit une lettre qui lui était destinée, un poème qu'il lui avait écrit il y a longtemps..*

“Il est de ces matins fait de soupirs nostalgiques,
Où l’on est bercé de ces souvenirs magnifiques.
Tu sais ceux qui empreignent nos cœurs, si fort…
Que nos corps en manque en redemandent encore.

Ce sont des matins, où nu, je me love contre toi,
Contre ta peau, d’un frisson trahissant mon émoi.
Des matins où du bout des doigts je t’effleure,
Partant de ta nuque, pour me perdre non loin ta fleur.
Des matins où je voudrais te dire combien je t’aime,
Te dire tout cet amour et ce désir qu’en moi tu sèmes.
Mais les mots j’en manque... aucun n’est assez fort,
Pour te dire combien je te veux, encore et encore…”

*Sa lecture l'acheva définitivement. Se rappelant de leurs étreintes tumultueuses et passionnées, une brèche immense l'écartela le faisant sangloter comme un gosse. *

Il savait, que désormais, elle était dans les bras d'un autre. Celui qui finalement avait toujours compté, même après toutes ces années.

Malgré le feu qui avait nourri leur union, il n'avait été qu'une parenthèse, un sursis… un malheureux accident de parcours dirait certain... accident que l'on oublie vite… *

-Hé ! Tu n'as pas fini de faire ton cinéma ?

*Hoquetant, il se retourna, fixant d'un regard assassin l'origine de l'interpellation.

Un vieillard à la mine ridée mais jovial l'observait, comme amusé, depuis un coin de la pièce. L'intru ne se démonta pas et rajouta. *

-C'est un peu tard pour pleurnicher, non ?

*Il refoula l'envie de lui coller un poing meurtrier, maîtrisant avec peine sa fureur.
D'autant qu'il s'agissait certainement d'une hallucination issue de son esprit dérangé.
Puis ce n’était pas la première que le vieillard se présentait à lui. La première fois il s’était persuadé qu’il s’agissait s’une manifestation d’Itzamna.

Grognant, il lui répondit sans desserrer les dents…*

-Je l'ai perdu...pour toujours…

*Un ricanement inattendu résonna*

-Tu lui as tourné le dos, jeune écervelé

-C'est à la zdv que j'ai tourné le dos !... à Mars…

-Ne soit pas de mauvaise foi. Elle t'as suivi jusqu'au bout, elle a encaissé, les pierres qu’on lui a lancé sans broncher et tu l'as abandonnée, trop orgueilleux pour accepter ton échec !

*La rage, s'étendit en lui, tel un brasier dévastateur, jusqu'à ce concentrer dans son poing qu'il vint écraser avec fracas sur la table*

-ils n'ont rien compris !! J'avais réussi !! Ça fonctionnait !!!

*Le vieillard croisa les bras et inspira avant de pousser un soupir de désapprobation*

-Que tu es prétentieux. Qui a dit que l'on apprend de ses erreurs ? Pas toi en tout cas. On n’impose pas ses idées par la force ou en insultant ceux qui ne sont pas d'accord, à moins d'avoir une puissante armée.

*Le vieillard se permit un petit rire sarcastique et reprit. *

-Cela demande du temps, de la patience, de la diplomatie, des compromis, de l’écoute. Tu as tempêté à la moindre contrariété et tu as voulu brûler toute les étapes, te mettant ainsi tout le monde à dos.

*A son tour il soupira ne trouvant aucune réponse valable pour contrer les arguments du vieux.
Ruminant sa colère, il frappa de nouveau la table.*

-J'ai envie de... envie de …

*Le vieillard soutint son regard tout en plissant les yeux*

-Envie de quoi ? D'aller le voir pour lui casser la figure et te ridiculiser à nouveau ? A part la faire souffrir et la mettre dans l'embarras, je ne cerne pas ton objectif ? Hum.

*Une nouvelle fois, le vieux le séchait implacablement.

Profondément malheureux et abattu, il ferma les poings à s’en blanchir les phalanges, les yeux rivés sur le sol. Le vieux le couva alors d'un regard compatissant*

-Anuryce, tu devrais être heureux pour elle. Elle a choisi quelqu'un de solide. Il saura l’épauler et la soutenir comme il a fait par le passé.

*Sa voix déraillait complètement, les mots se frayaient difficilement un chemin pour former une réponse hasardeuse. *

-... oui... je n'ai plus... ma place... ici…

*Le vieillard secoua la tête dépité*

-J'aimerais te convaincre qu'il ne tient qu'à toi de te relever et de trouver ta place. Ce sont les épreuves qui nous forgent et nous rendent plus forts. Mais tu as en toi trop colère ..trop de haine... peut-être, effectivement, que l'heure du dernier repos est venu.

*Il prit un moment pour digérer la dure réalité puis répondit d'une voix rauque. *

-Itzamna ?

-Oui Anuryce ?

-Tu veilleras sur elle ?

-Tu sais bien que j’ai toujours veillé sur elle.

*Le vieux vint poser une main son l’épaule*

-J’espère que ton âme et ton karma trouverons la paix. Et peut être qu’un jour, qui sait ? ton souffle rejoindra celui des sages qui murmurent entre les dunes. Adieu Anuryce.

*A ces mots le vieillard disparut, le laissant seul dans la pénombre.

Meurtri au plus profond de son cœur, le portrait de l'amour de sa vie entre les mains, il se mit à fredonner une dernière complainte. *

« Je t’ai regardé partir,
Silencieuse, un matin,
Sans savoir te retenir.
Sans aucun lendemain…

Je garde en souvenir,
Tant de moments,
Tes éclats de rire,
Tes mimiques d’enfant.

Je ne cesse de me mentir,
Mes espoirs en charpie,
Me dire que tu vas revenir,
Que tout n'est pas fini.

Je m’effondre en pleur,
Sur ton image qui me hante,
Ma vie n'est plus qu’un leurre,
Qu’une plaie béante.

Tu ne reviendras pas.
Pourquoi ça fait si mal.

Et je regarde le vide,
Le cœur en miette,
Attendre le visage livide,
De la mort qui guette. »

* D’un pas lent, il se dirigea vers la stase. Il s’y allongea, résigné. Mais avant de l’activer, il esquissa un petit sourire triste et maladroit, pour finalement laisser s'échapper d'un murmure sincère : *

-Sois heureuse… mon petit ange de feu...je t'aime...
[25/02/2019 21:46] Histoire de Sarlan
Catégorie : Aventure


Titre : Tatouage



11

4
Post de : Sarlan
* Sarlan avait pris sa décision peu après le levé. Quelques choses le poussaient à agir de la sorte.
Après un rapide café et une fiole justinienne pour soigner la peste du au démon des gogues, le Dissident était monté dans son betrayal et avait pris la route pour les Dmz. Rendez-vous chez le shaman avait été pris.

Après avoir longuement attendu, il avait enfin pu rencontrer l’homme, le tatouage qu’il lui avait demandé était un symbole fort pour Sarlan.
Le symbole de son engagement, de l’une des choses comptant le plus pour lui.

Après un certain temps, l’homme était ressorti. Son dos le tiraillait mais il était satisfait du travail accomplit. Le Shaman avait bien mérité la bourse de monnaie tribale que le Dissident lui avait remis. Il était temps de retourner vers la civilisation martienne. Vers celle qui l’attendait sans doute. *
[24/02/2019 17:05] Histoire de Shango
Catégorie : Aventure


Titre : Un silence de mort.. DAKHMA! 3



14

5
Post de : Shango
[..une faible lumière.. une piqûre dans le bras.. un flash..]

*Des gouttes de sueur perlaient sur mon front.. le soleil brillait intensément en cette belle journée du mois de Mars, nous étions le 5. Un vent léger soufflait dans les arbres, le ciel était d'un bleu pouvant rendre jaloux un ciel d'été. Les gens étaient de sortie.. les rires des enfants, les ballons, les cyclistes, tout annonçait une journée dédiée à la famille. Pour mon équipe et moi ce n'était pas le cas. Cela faisait environ un mois qu'on travaillait sur cette parcelle.. et ce 7 jours sur 7. En effet, un coin du parc nous était réservé. De grandes barrières de métal entourait le site et cachait nos travaux des plus curieux. A l'entrée du site de fouilles, plusieurs gardiens, diligentés par une firme externe, étaient chargés d'assurer la sécurité de nos travaux et de contrôler l'accès. C'était la première fois qu'une telle sécurité était déployée sur l'un de nos chantiers . Nous avions très peu d'informations sur le but réel de ces fouilles. Juste l'ordre de creuser très précautionneusement. Les instructions venait directement d'un haut responsable de l'entreprise venu d'Angleterre... je crois. Je n'en suis plus certain. Ces grands groupes internationaux sont beaucoup trop opaque pour moi. Bref, c'était un type étrange.. que je n’avais vu qu'une seule fois jusqu'à aujourd'hui...j'avais été marqué par son sourire. Le sourire « bright » du commercial prêt à vendre sa mère... Je les détestent ceux là !...*

[..une faible lumière.. un flash.. « Attention ! il bouge.. injectez à nouveau.. il est plus résistant que les autres.. » une faible lumière.. un flash..]

*... sur le chantier seuls les ouvriers les plus expérimentés étaient mandatés pour travailler sur ce mystérieux projet. Nous étions donc seulement quatre . Eric, pince sans rire, avait une grande connaissance de l'étude des sols.. Hubert avait, lui, toujours le mot pour rire et le don de détendre l'atmosphère, ce qui était, évidemment, essentiel à la cohésion du groupe. Enfin, Patrick était taciturne mais très apprécié pour son ingéniosité.. Quant à moi j’étais connu pour mon sérieux et ma fiabilité ce qui me valait la responsabilité de cette petite équipe. On ne m'appelait d'ailleurs jamais par mon prénom mais toujours « Leader ». Depuis le début du chantier nous avions trouvés une bonne quantité d'ossements. Ils étaient référencés, emballés puis déplacés par une équipe externe. Nous ne faisions que creuser et extraire ce que nous trouvions. Rien de plus, on s'en tenait aux instructions de la direction. L'atmosphère qui régnait entre ces parois de métal était très étrange et contrastait fortement avec l'extérieur du parc qui, lui, respirait la vie. Au fil des jours, nous nous sentions de plus en plus oppressé par ce travail. Nous ne parlions plus vraiment ensemble.. simplement pour les nécessités basiques de notre tache. La découverte arriva le 5 mars, en fin de journée.C'est Patrick qui m'interpella. Sous une fine couche de terre, il avait repéré une faible lumière. Avec mes pinceaux de précision et le plus grand soin possible, je dégageait le précieux objet. Je n'avais jamais rien vu de tel. Un crane.. parfait..luminescent. En touchant le sommet du crane, je fus comme transporté ailleurs.. . Une tour de pierre, un édifice circulaire, des cadavres, le silence... la mort! Aucun autre ouvrier n'osa toucher le crane. En tout cas, tout le monde fut très impressionné par cette découverte et notre mission s’arrêta là. Le soir même, il était de retour.. le fameux responsable à la peau sombre et au costume impeccable. Il s'approcha de moi, large sourire aux lèvres, pour me glisser une carte dans la main.. Étrangement.. cela me rassura.*

[..une faible lumière.. un flash.. « Ramenez le.. il sera bientôt prêt... ! » ..une faible lumière..un flash..]

*Je me réveille brusquement.. en sueur.. avec un intense mal de crane. J'ai carrément l'impression d'avoir descendu des dizaines de Psychobeer avec ma belle Elanore. Je suis chez moi, de nouveau dans mon bunker. Me levant difficilement, je me diriges vers la table logistique. Je tombe lourdement dans mon fauteuil. Que s'est il passé? Dakhma, la tempête.. et ce souvenir, c'est fou.. était ce moi? S'agit il de mon passé..? Je suis complètement perdu. J'allume fébrilement une Nuclear' en essayant de me repasser tous les événements un à un. Mes yeux me piquent.. Cette voix, était ce un membre de leur syndicat, Dakhma ? C'est étrange car tout me parait lié. Mon attirance pour les ossements, mon charnier.. tout ça viendrait peut être d'un passé qui à été effacé.. je suis vraiment troublé. En m'avançant j'écrase ma cigarette dans le cendrier et je remarque un petit trou ensanglanté dans mon avant bras.. une piqûre.. la piqûre ! Je passe ma main dessus.. je reste sans voix.. le silence.. un silence de mort.*
[24/02/2019 13:20] Histoire de Lilith
Catégorie : Aventure


Titre : Séjour en DMZ : Préparation



9

7
Post de : Lilith
Du bleu, la couleur rassurante utilisée par la firme. Du blanc, la neutralité la plus pure.
Dans le creux de sa main, Lilith, en bonne forme observe la pilule issue de la Caste de l'Alambic avec un oeil vif et grand ouvert.
Tout d'abord motivée a se protéger d'un mal rampant et terrifiant d’ésotérisme , la pilule représente un peu plus depuis que ses relations avec les Nécros se sont détendus. Pour la jeune femme elle représente l'ancienne alliance.
Du moins, c'est aussi et surtout qu'elle n'oserait jamais aller plus loin pour honorer cette Alliance. Elle avait travaillé bien trop durement et dé-servirait sa cause en passant entre les mains des nécros chirurgiens.
De plus, le grand Maître tenancier du Moloko lui avait confié un jour, qu'il refuserait de vendre à la jeune femme une seule liqueur à la vu du travail et du sacrifice qu'il aura fallut pour en arriver où elle se trouvait aujourd’hui.
Néanmoins, il y avait bien une personne sur cette planète qui pourrait la faire changer d'avis... Une seule...

Sous la lueur azurée de la salle d'eau, alors qu'elle avale son H702 comme depuis ces derniers jours, Lilith se remémore le temps où elle haïssait les Nécros servant l'hydre.
Il y avait une chose qui lui échappait alors qu'elle s'évertuait a défendre et protéger la ZDV. Que chacune des Factions et leurs dogmes sur Nirgal, ont un bon fond et un mauvais coté. Ou l'inverse...

Si seulement elle avait su plus tôt que la principale et imminente menace de la ZDV était ses habitants eux même. Elle n'aurait pas perdu son temps.

Aujourd'hui, même si la Redhead n'est toujours pas une adepte des plans d'Ohkt, elle consentirait a les aider en commençant par précipiter la ZDV et ses habitants au fond de l'immense volcan. Pour le salut de Nirgal et un meilleur avenir pour les générations futurs sans la notre qui bien trop souvent ne vouent que haine sans y voir les solutions de notre salut.

Lilith en est la, et elle remerciera l'ensemble des colons de l'y avoir poussé quand les charges noires encerclant la zone de vie exploseront.

Finalement, l'Acidalienne se lève et se dirige dans son garage pour commencer l'inventaire de ses consommables. Tout doit être correctement organisé pour son futur voyage.
Pneumatiques, carburant, recharges d'oxygènes et toolbox.
Mais aussi nourriture, eau et une charge spéciale qu'elle accrocherait au toit du Betrayal. Puis elle s'attelle à préparer son équipement qu'elle dispose sur une table à coté du Betrayal.

L'inventaire fini, Lilith se grille une Nuclear et roule en boule une affichette sur une table de l'atelier. On pouvait y voir une femme avec une lance et un bouclier avant qu'elle soit jetée avec dextérité dans une poubelle non lointaine.

Des projets tombent à l'eau, d'autres voient le jour.
Quelques dernières tâches sont à terminer avant son départ. L'histoire de quelques heures ou de jours.
[22/02/2019 21:03] Histoire de Xiix
Catégorie : Inclassable


Titre : Le protocole ciipher



2

5
Post de : Xiix
Tant de questions !
Rien ne manque en fait.
La pensée, comme un sixième sens émergeant de la synergie des cinq autres si l’on s’en tient à cette « description », a une caractéristique inédite : elle est extensible.
Dans une cohérence déterminée, choisie, fabriquée, créée, pensée ?
Comme de gonfler un ballon dans un espace quelconque : de quelque façon que nous l’envisagions, nous sommes liés au ballon par l’acte de le gonfler.
Nous sommes le ballon, dans l’espace où nous le gonflons.
Aussi, quelque chose peut sembler manquer.
D’autant plus que :
cette extensibilité est infinie,
dans un espace sans dimension.
Un « non espace ».
Lâcher le ballon ? C’est délicat, le voilà parti à se dégonfler au fil d’une trajectoire aléatoire tandis qu’un autre ballon est gonflé à nouveau.
Notre façon de « respirer » la pensée.
Lâcher l’acte de le gonfler, le voilà qui flotte désormais.
Découvrir alors d’autres caractéristiques ?
Comme quelque chose apparenté à la membrane d’une cellule.

Lancer le protocole ciipher.

°¤_¤° > https://www.youtube.com/watch?v=AwWnv-12GP8
Réponse de : Xiix
Oui
[19/02/2019 21:40] Histoire de Xiix
Catégorie : Inclassable


Titre : Home



4

6
Post de : Xiix
Suis rentrée au ptit bonheur des pistes d’Olympus Mons, laissant les givrés dans leur congélo. La martienne fonctionne à merveille même après un tir de forage de classe 4.
La concess fait la tronche, le bunker aussi : ça fuite un peu ici et là.
https://www.youtube.com/watch?v=uQkTrYzMJFE
La musique réconforte les murs, j’ai allumé un feu dans la pièce de vie. Modeste et dansant. Tout est calme, les alarmes sont à la ramasse et je ne risque pas de les réparer.

Je fais réchauffer le presque thé de la matinée, sourire aux lèvres : là-bas, les chauve-souris continuent de chasser les papillons, faut croire que ça les occupe.
[19/02/2019 13:36] Histoire de Xiix
Catégorie : Inclassable


Titre : Dix-Muse



5

5
Post de : Xiix
Zone Ino

Tout se dégrade ici, sous l’effet des assauts répétés des hordes de Mictlana : une forme d’érosion de la zone de vivance numéro un, pas une guerre ou alors quelque chose de larvé.
Il est probable que ça les apaise d’avoir quelque chose à se mettre sous la dent.
Après tout, les dents, c’est dans la tête.
Mictlana est un expert de l’usure, à croire qu’il a amplement pratiqué dans l’arène. Sous une forme d’emprunt.

Il y a un certain bonheur à lâcher l’affaire, une fois la poussière et l’agitation retombées, la nature martienne s’invite, quasi propice à la méditation.
Dans celle-ci, autre chose s’invite et répond : il y a la vitesse, la température, le bruit ou leur absence, des couleurs, des mouvements …
Et de l’espace qui s’ouvre d’abord à des petits riens, qui tissent l’attention. Complétant l’attention focalisée sur notre agir toujours entre agitation et abandon. Peut-être que c’est là-dedans que naît le non voir.

Quelqu’un a dit « la vérité du non voir » : j’ai buté obstinément sur ce mot « vérité ». Aussi, pour le moment, c’est une réalité en création, en mouvement plutôt, pour faire dégonfler les chevilles avec toutes ces histoires de créations.
Ouverte de manière à ne pas s’enfermer dedans.

Cela me détend d’ôter ces prothèses et rembourrages, qui me font paraître si grande et puis … franchement, ça serait éminemment barbant d’avoir vu le jour à l’aube du quinzième siècle. Mais bon, ça distrait forcément.
Alors, je les remise dans l’atelier.
Je passe un temps fou en ce moment à colorer mes cheveux car il me manque un fixateur pour la teinture, toutefois ça a un côté agréable.
Féminin.

Quand ça se manifeste, je nomme ça « Dixième muse », nous bavardons : des papotages dans la cuisine le plus fréquemment, à n’importe quelle « heure », des heures juste bonnes à des querelles de chiffres. Autant plonger dans le moment.
D-Muse : - « Intimidation, prédation, délation » font une réputation. Pourquoi s’en soucier ?
Zira : - Bonjour les casseroles alors … Tu parles d’un mariage.
D-Muse : - Une ambiance, une atmosphère plutôt. C’est beaucoup plus étendu qu’ils ne le croient.
Zira : - C’est faisable, vivre le réel sans les réalités ?
D-Muse : - Juste mouvement immobile comme un écotone, une lisière. La difficulté ne réside pas dans « les » réalités, elle réside dans « la » réalité.

De l’eau frémit dans un cul de bidon : j’y verse quelque chose, qui passe pour du thé, un reste de vieux troc à la lisière de la zone de vivance.

Zira : - Pourquoi je me cogne ?
D-Muse : - Parce que tu fabriques des murs.
Zira : - Un conseil à ce propos ?
D-Muse : - Avec de l’humour, on se libère peu à peu de la gravité, ce qui apparaît comme un mur peut, quand tu bascules dans l’espace, oubliant haut, bas, gauche, droite, devant, derrière, etc., devenir une route pavée. Délaissant l’intention, c’est une voie comme une autre.

Je verse le « thé » dans un pot, souffle dessus et commence à boire.
D-Muse : - « La loi de Godwin ».
Zira : - ?
D-Muse : - Le point de Godwin actuel est « le point de non-retour ». La fusion est réalisée comme beaucoup d’autres choses mais la peur crée un décalage imaginal dans la pensée, comme un effet Doppler-Fizeau. Aussi l’horizon des évènements se dérobe sans cesse.
Logique de l’approche : toujours approximative.
L’inéluctable est un autre mot pour indicible autant ne pas se coller là-dessus comme une mouche sur …
Zira : - Ah oui, je vois le truc. Rapport avec le trône.
Un rire comme un bruissement, émanant des murs du bunker, qui frissonne.

Avec un peu de chance, le terrain devrait bouger encore.
Réponse de : Xiix
https://www.youtube.com/watch?v=qH OdZ29nyXM
Page précédente Page suivante

Jeu de rôle dystopique et post-apocalyptique sur navigateur. MMORPG francophone gratuit.

Ce browser game multijoueur contient des données scientifiques réelles martiennes incluant une part de fantastique gothique. TEM est aussi un jeu de stratégie sur MARS !

©2001-2019 - TEM La Firme Tous droits réservés KCS.fr © Reproduction partielle ou totale interdite. CNIL : déclaration n° 1015117

Conditions Générales d'Utilisation
The-Firm-LOGO
Follow @temlafirme
Facebook-logo